Responsive image

Paul Biya-Sergio Mattarella:accord parfait

Grégoire DJARMAILA | 21-03-2017 01:42

 L’entrevue entre Paul Biya et Sergio Mattarella hier au palais du Quirinal a laissé apparaitre une convergence de vues sur les questions abordées notamment sur la lutte contre le terrorisme et la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU

Le drapeau camerounais, le vert-rouge-jaune, a flotté hier  aux cotés du tricolore italien, le vert-blanc-rouge et de celui de l’Union européenne, tous hissés sur les cimes du palais du Quirinal. C’était à l’occasion de la cérémonie officielle d’accueil du président de la République du Cameroun, Paul Biya et de son épouse, Chantal Biya à la présidence de la République italienne. Pour ce jour de grande manifestation de l’amitié italo-camerounaise, l’Etat italien a déployé le dispositif protocolaire qui sied à une visite d’Etat, la plus haute forme de contact diplomatique entre deux pays. C’est à 11h que le couple présidentiel camerounais a fait son entrée au palais présidentiel italien. Paul et Chantal Biya sont accueillis par Sergio Mattarella, le président de la République italienne et sa fille, Laura Mattarella, dans la cour d’honneur du Quirinale avec les honneurs militaires, œuvres des Carabinieri, la garde prétorienne italienne. Après l’exécution des hymnes nationaux, Paul Biya passe les troupes en revue et salue le drapeau. La suite se déroule dans la salle Bronzino où les deux chefs d’Etat présentent l’un à l’autre, leurs suites officielles.  Puis, à huis clos, Sergio Mattarella et Paul Biya se retrouvent dans le salon Trapestry pour des entretiens en tête- à-tête. Après leur entrevue, les deux chefs d’Etat rejoignent les délégations officielles pour une séance de travail élargie. Un moment privilégié pour magnifier la coopération Cameroun-Italie qui prend de l’envergure depuis quelques années.
A l'issue de cette première rencontre, les deux présidents ont tenu, dans la salle des Glaces,  un point de presse au cours duquel ils ont exprimé toute leur satisfaction sur l'excellent niveau atteint par les relations camerouno-italiennes. Le président italien a réitéré à son homologue camerounais sa gratitude pour l’accueil et la chaleur exceptionnels dont il a été gratifié lors de sa visite au Cameroun du 17 au 20 mars 2016. Il a réaffirmé le soutien de son pays au Cameroun dans la lutte contre le terrorisme et l’aide aux réfugiés. Sergio Mattarella n’a pas manqué de marquer son admiration pour la stabilité socio-politique et économique du Cameroun. Pour sa part, le chef de l’Etat camerounais est convaincu que l’échange des visites entre les deux chefs d’Etat donnera une impulsion vigoureuse aux relations entre les deux pays. Dans son briefing aux journalistes des médias italiens, camerounais et internationaux, Paul Biya a souligné que ses échanges avec Sergio Mattarella ont laissé « apparaître une large convergence de vues sur les questions abordées ». La lutte contre la secte terroriste Boko Haram a constitué un sujet majeur de leurs entretiens. « J’ai réitéré au président Mattarella notre gratitude pour l’appui que l’Italie continue de nous apporter dans cette lutte », déclare-t-il.
La situation politique au Cameroun a été également au menu des discussions entre les deux hautes personnalités. Paul Biya a présenté à son homologue les progrès réalisés par son pays dans le processus de consolidation de la démocratie. Le chef de l’Etat camerounais n’a pas éludé la situation qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Sur ce point, il a rappelé à son interlocuteur les deux principes auxquels est attaché le peuple camerounais : l’unité et la diversité. Pour le président Paul Biya, ces deux principes qui sont inscrits dans la Constitution ont une valeur intangible. « Mon gouvernement reste ouvert au dialogue qui ne remet toutefois pas en cause l’unité et la diversité du pays », conclut-il sur cette question.
Abordant la situation politique internationale, les deux présidents se sont accordés sur le principe du règlement pacifique et de la négociation pour mettre un terme aux conflits en cours dans le monde et plus particulièrement en Afrique. Mais Paul Biya et Sergio Mattarella ont surtout reconnu la nécessité de renforcer le rôle de l’ONU et de faire aboutir la réforme du Conseil de sécurité.
Sur le plan bilatéral, Paul Biya et Sergio Mattarella ont affirmé leur détermination à donner de l’amplitude à la coopération italo-camerounaise. Le président Paul Biya a saisi cette occasion pour solliciter l’accompagnement de l’Italie dans la marche du Cameroun vers l’émergence. Le chef de l’Etat camerounais entend ainsi profiter de la longue expérience « de la grande puissance industrielle et manufacturière qu’est l’Italie, notamment dans les domaines des peaux, du cuir, des marbres et de l’agro-industrie », parce que, conclut-il, l’Italie doit devenir « l’un des partenaires majeurs du Cameroun ».
Après le palais du Quirinal, le chef de l’Etat, accompagné de son épouse, est allé déposer une couronne de fleurs au Monument du Soldat inconnu.  Cette journée fortement diplomatique et protocolaire s’est poursuivie par le tour de quelques grandes institutions politiques de la République italienne, notamment au palais Chigi (siège du gouvernement) et aux sièges du Sénat et de la chambre des députés.

">

 L’entrevue entre Paul Biya et Sergio Mattarella hier au palais du Quirinal a laissé apparaitre une convergence de vues sur les questions abordées notamment sur la lutte contre le terrorisme et la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU

Le drapeau camerounais, le vert-rouge-jaune, a flotté hier  aux cotés du tricolore italien, le vert-blanc-rouge et de celui de l’Union européenne, tous hissés sur les cimes du palais du Quirinal. C’était à l’occasion de la cérémonie officielle d’accueil du président de la République du Cameroun, Paul Biya et de son épouse, Chantal Biya à la présidence de la République italienne. Pour ce jour de grande manifestation de l’amitié italo-camerounaise, l’Etat italien a déployé le dispositif protocolaire qui sied à une visite d’Etat, la plus haute forme de contact diplomatique entre deux pays. C’est à 11h que le couple présidentiel camerounais a fait son entrée au palais présidentiel italien. Paul et Chantal Biya sont accueillis par Sergio Mattarella, le président de la République italienne et sa fille, Laura Mattarella, dans la cour d’honneur du Quirinale avec les honneurs militaires, œuvres des Carabinieri, la garde prétorienne italienne. Après l’exécution des hymnes nationaux, Paul Biya passe les troupes en revue et salue le drapeau. La suite se déroule dans la salle Bronzino où les deux chefs d’Etat présentent l’un à l’autre, leurs suites officielles.  Puis, à huis clos, Sergio Mattarella et Paul Biya se retrouvent dans le salon Trapestry pour des entretiens en tête- à-tête. Après leur entrevue, les deux chefs d’Etat rejoignent les délégations officielles pour une séance de travail élargie. Un moment privilégié pour magnifier la coopération Cameroun-Italie qui prend de l’envergure depuis quelques années.
A l'issue de cette première rencontre, les deux présidents ont tenu, dans la salle des Glaces,  un point de presse au cours duquel ils ont exprimé toute leur satisfaction sur l'excellent niveau atteint par les relations camerouno-italiennes. Le président italien a réitéré à son homologue camerounais sa gratitude pour l’accueil et la chaleur exceptionnels dont il a été gratifié lors de sa visite au Cameroun du 17 au 20 mars 2016. Il a réaffirmé le soutien de son pays au Cameroun dans la lutte contre le terrorisme et l’aide aux réfugiés. Sergio Mattarella n’a pas manqué de marquer son admiration pour la stabilité socio-politique et économique du Cameroun. Pour sa part, le chef de l’Etat camerounais est convaincu que l’échange des visites entre les deux chefs d’Etat donnera une impulsion vigoureuse aux relations entre les deux pays. Dans son briefing aux journalistes des médias italiens, camerounais et internationaux, Paul Biya a souligné que ses échanges avec Sergio Mattarella ont laissé « apparaître une large convergence de vues sur les questions abordées ». La lutte contre la secte terroriste Boko Haram a constitué un sujet majeur de leurs entretiens. « J’ai réitéré au président Mattarella notre gratitude pour l’appui que l’Italie continue de nous apporter dans cette lutte », déclare-t-il.
La situation politique au Cameroun a été également au menu des discussions entre les deux hautes personnalités. Paul Biya a présenté à son homologue les progrès réalisés par son pays dans le processus de consolidation de la démocratie. Le chef de l’Etat camerounais n’a pas éludé la situation qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Sur ce point, il a rappelé à son interlocuteur les deux principes auxquels est attaché le peuple camerounais : l’unité et la diversité. Pour le président Paul Biya, ces deux principes qui sont inscrits dans la Constitution ont une valeur intangible. « Mon gouvernement reste ouvert au dialogue qui ne remet toutefois pas en cause l’unité et la diversité du pays », conclut-il sur cette question.
Abordant la situation politique internationale, les deux présidents se sont accordés sur le principe du règlement pacifique et de la négociation pour mettre un terme aux conflits en cours dans le monde et plus particulièrement en Afrique. Mais Paul Biya et Sergio Mattarella ont surtout reconnu la nécessité de renforcer le rôle de l’ONU et de faire aboutir la réforme du Conseil de sécurité.
Sur le plan bilatéral, Paul Biya et Sergio Mattarella ont affirmé leur détermination à donner de l’amplitude à la coopération italo-camerounaise. Le président Paul Biya a saisi cette occasion pour solliciter l’accompagnement de l’Italie dans la marche du Cameroun vers l’émergence. Le chef de l’Etat camerounais entend ainsi profiter de la longue expérience « de la grande puissance industrielle et manufacturière qu’est l’Italie, notamment dans les domaines des peaux, du cuir, des marbres et de l’agro-industrie », parce que, conclut-il, l’Italie doit devenir « l’un des partenaires majeurs du Cameroun ».
Après le palais du Quirinal, le chef de l’Etat, accompagné de son épouse, est allé déposer une couronne de fleurs au Monument du Soldat inconnu.  Cette journée fortement diplomatique et protocolaire s’est poursuivie par le tour de quelques grandes institutions politiques de la République italienne, notamment au palais Chigi (siège du gouvernement) et aux sièges du Sénat et de la chambre des députés.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter