Responsive image

CAN 2017: les Lions encore en rodage

Sports
Angèle BEPEDE | 11-01-2017 11:51

Les Camerounais tenus en échec par les Warriors (1-1) lors de leur dernier match amical hier à Yaoundé ont rejoint Libreville.

Beaucoup d’hésitations. Des flottements et des errements défensifs. Une envie de gagner presque contenue.  Les Lions indomptables ont fait match nul hier au stade Ahmadou Ahidjo contre les Warriors du Zimbabwé, eux aussi qualifiés pour la CAN (1-1). Des buts de Ndoro Tendai (Zimbabwé, 14e mn) et Benjamin Moukandjo (25e mn, penalty, Cameroun). Les protégés de Hugo Broos livraient leur deuxième et dernière rencontre amicale dans le cadre de leur préparation pour la 31e édition de la coupe d’Afrique des nations de football masculin, Gabon 2017 (14 janvier au 5 février). Un match nul, ajouté à la victoire contre la RDC (2-0) le 5 janvier dernier.
Un bon match pour les coéquipiers de Benjamin Moukandjo, capitaine. Puisque les Zimbabwéens ont offert une opposition forte et franche. Ambroise Oyongo Bitolo, torturé notamment par  Kudakwashe Mahachi, a plié parfois. Des lignes de jeu pas assez visibles. Tactiquement, le groupe est comme largué. 17 des 23 joueurs convoqués ont été utilisés par le staff. Dans cette rencontre, « les Camerounais faisaient plein de mouvements. Ils nous ont causé des problèmes. C’était un bon adversaire pour nous », reconnaît Kalisto Pasuwa, sélectionneur des Warriors. La sortie de Ndip Tambe, un peu perdu et les entrées de Clinton Njie et Christian Bassogog ont comme rafraîchi le jeu offensif de cette équipe. Voici ce que les yeux de Thierry Metomo, entraîneur de football, ont vu pendant cette rencontre : « La vitesse dans le jeu. On a pu constater que ce soit les latéraux ou les milieux de couloir, il y avait un peu plus de vitesse d’exécution et une vitesse pure dans le jeu. Mais la vision périphérique et rapide du jeu n’a pas véritablement existé. Au niveau de la défense, Oyongo Bitolo était plus porté vers l’avant ; cela a posé des problèmes au niveau de l’axe des buts», explique-t-il à CT. Hugo Broos lui, est satisfait de ses « garçons. « Il y a eu des erreurs individuelles mais je pense qu’ils sont prêts pour la CAN », rassure-t-il.
Un groupe tout neuf qui, sur l’ensemble des deux matchs, a pu améliorer son jeu collectif. « Il y a eu une grosse évolution dans le jeu. On a l’impression qu’une équipe se met sur pied, se construit. Ça devient de plus en plus intéressant. Mais il y a de petites failles à l’intérieur », ajoute l’entraîneur. Au Gabon, les supporters auront besoin de joueurs déterminés. C’est vrai, ces Lions ont joué dans une cuvette de Mfandena à moitié pleine, mais c’est à eux de reconquérir leur public.  Il leur faudra donc montrer l’envie de jouer. « On peut savoir utiliser le ballon, respecter les consignes de l’entraîneur mais l’envie peut déplacer des montagnes. Si l’on a des joueurs généreux sur le terrain, ils seront forts psychologiquement. Le collectif, l’aspect psychologique, permettront de réussir certaines choses sur le terrain. Il faut donc plus travailler le mental », conseille Thierry Metomo. Les Lions ont quitté le Cameroun hier après le match, direction Libreville.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Labour Day Is Around

24 heures
Brenda YUFEH NCHEWNANG-NGASSA | 29-04-2017 08:07 0

The 131st International edition of the feast for workers will be celebrated on Monday.

Cameroon will join the international community to celebrate the 131st Labour Day on May 1, 2017 unde...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter