Responsive image

Grandes surfaces: la percée du « made in Cameroon

24 heures
Sandrine AVOMO | 16-03-2017 12:39

 Les produits transformés localement  font leur entrée dans les rayons jusque-là réservés aux produits importés.

«Les produits du Cameroun ont la cote ». Ces propos d’un responsable de supermarché à Yaoundé témoignent de l’engouement des consommateurs pour le « made in Cameroon ». Ces produits gagnent progressivement des places dans les marchés et les grandes surfaces commerciales. Dans les rayons des supermarchés par exemple, l’agro-industrie locale s’impose peu à peu. Les pâtes alimentaires, les biscuits, les chips de plantain, l’arachide sous diverses formes, et même des croquettes de manioc sont disponibles.
Selon Yannick Wandjé, responsable du rayon confiserie à Mahima Warda,  « la confiserie locale se porte bien ». La preuve, ajoute-t-il «  je suis en train d’approvisionner le rayon ». Et que dire de notre chocolat ? « Il est très sollicité par les expatriés qui apprécient sa teneur en cacao et son goût », renseigne Raoul Nzuassa Nzengue, directeur adjoint du supermarché Casino à Yaoundé.
Les boissons locales ne se sont pas en reste. Les marques d’eau minérale estampillées Cameroun inondent les espaces des supermarchés et se vendent même dans la rue. Les vins « made in Cameroon » séduisent également. Mais Ful Peter consommateur se plaint de ne pouvoir trouver une bouteille de vin de palme dans un supermarché. Parmi les produits de consommation courante manufacturés localement, le café sous toutes ses formes tient la dragée haute. Les variétés robusta et arabica trônent fièrement dans les rayons et attirent les clients pour leur arôme si particulier. Dans ce success story des produits camerounais qui ont la cote, le poivre de Penja  jouit d’une réputation qui va au-delà des frontières nationales.
 L’industrie cosmétique camerounaise a aussi le vent en poupe. Les laits de beauté et autres produits de toilette ont gagné les cœurs des consommateurs et font les affaires des commerçants. Un responsable du supermarché Mahima assure que : « les laits de toilette du Cameroun se font recette et cela nous permet de faire des bénéfices ». Pour Edwige, « ce sont des produits adaptés aux peaux noires ». Les couches jetables pour enfants et adultes, des serviettes hygiéniques et le papier toilette sont aussi autant de produits que l’industrie cosmétique locale met à la disposition des consommateurs.
Dans les rues de la capitale, la fièvre du patriotisme économique semble s’emparer des consommateurs. « À priori, ce qui est fabriqué au Cameroun pour moi est meilleur. Et je n’achète un produit étranger que s’il n’y a pas son équivalent au Cameroun », nous confie Patrick M, tout en s’abreuvant d’une bouteille de jus de « foléré ». Un « foléré » que maman Marie souhaite vendre à une plus grande échelle si les moyens le lui permettent : « il faut que le monde entier goûte à çaC’est très bon ».« Les produits du Cameroun ont la cote ». Ces propos d’un responsable de supermarché à Yaoundé témoignent de l’engouement des consommateurs pour le « made in Cameroon ». Ces produits gagnent progressivement des places dans les marchés et les grandes surfaces commerciales. Dans les rayons des supermarchés par exemple, l’agro-industrie locale s’impose peu à peu. Les pâtes alimentaires, les biscuits, les chips de plantain, l’arachide sous diverses formes, et même des croquettes de manioc sont disponibles.
Selon Yannick Wandjé, responsable du rayon confiserie à Mahima Warda,  « la confiserie locale se porte bien ». La preuve, ajoute-t-il «  je suis en train d’approvisionner le rayon ». Et que dire de notre chocolat ? « Il est très sollicité par les expatriés qui apprécient sa teneur en cacao et son goût », renseigne Raoul Nzuassa Nzengue, directeur adjoint du supermarché Casino à Yaoundé.
Les boissons locales ne se sont pas en reste. Les marques d’eau minérale estampillées Cameroun inondent les espaces des supermarchés et se vendent même dans la rue. Les vins « made in Cameroon » séduisent également. Mais Ful Peter consommateur se plaint de ne pouvoir trouver une bouteille de vin de palme dans un supermarché. Parmi les produits de consommation courante manufacturés localement, le café sous toutes ses formes tient la dragée haute. Les variétés robusta et arabica trônent fièrement dans les rayons et attirent les clients pour leur arôme si particulier. Dans ce success story des produits camerounais qui ont la cote, le poivre de Penja  jouit d’une réputation qui va au-delà des frontières nationales.
 L’industrie cosmétique camerounaise a aussi le vent en poupe. Les laits de beauté et autres produits de toilette ont gagné les cœurs des consommateurs et font les affaires des commerçants. Un responsable du supermarché Mahima assure que : « les laits de toilette du Cameroun se font recette et cela nous permet de faire des bénéfices ». Pour Edwige, « ce sont des produits adaptés aux peaux noires ». Les couches jetables pour enfants et adultes, des serviettes hygiéniques et le papier toilette sont aussi autant de produits que l’industrie cosmétique locale met à la disposition des consommateurs.
Dans les rues de la capitale, la fièvre du patriotisme économique semble s’emparer des consommateurs. « À priori, ce qui est fabriqué au Cameroun pour moi est meilleur. Et je n’achète un produit étranger que s’il n’y a pas son équivalent au Cameroun », nous confie Patrick M, tout en s’abreuvant d’une bouteille de jus de « foléré ». Un « foléré » que maman Marie souhaite vendre à une plus grande échelle si les moyens le lui permettent : « il faut que le monde entier goûte à ça. C’est très bon »

L’explication

Delor Magellan Kamseu Kamgaing: « Ces produits ont de la valeur ajoutée »

Président de la Ligue camerounaise des Consommateurs

Avec quel regard la LCC apprécie-t-elle la percée des produits de consommation courante  made in Cameroon ?
La LCC se réjouit de cette timide percée. Nous avons inauguré la consommation vert rouge jaune qui consiste à encourager la consommation des produits du terroir. Ils sont, non seulement bio, mais ils ont de la valeur ajoutée par rapport aux produits importés dont la qualité est très souvent, pour moult raisons, douteuse. Parfois, même si les produits au départ du port d'exportation est de bonne qualité, la longue durée du transport  les contraintes de manutension entament cette qualité à son arrivée chez nous.
Au niveau de la LCC et par souci de patriotisme économique, que faites-vous pour encourager les consommateurs à consommer camerounais?
Nous avons évoqué plus haut ce concept visant à booster la consommation de nos produits. « Consommer vert rouge jaune d'abord ». La LCC s'emploie à travers ses plaidoyers, à pousser les pouvoirs publics à restreindre les produits importés. Car leur forte présence sur le marché est du au fait de leur facile accessibilité et leur coût défiant toute concurrence, alors qu'ils sont censés coûter plus chers. Et bonjour le dumping et les OGM. En tout cas, nous continuerons la sensibilisation des consommateurs sur les dangers de ces produits généralement douteux venus d'ailleurs. Nous souhaitons que le gouvernement prenne cette affaire au sérieux. 
Avez-vous souvent reçu des plaintes par rapport à ces produits locaux?
La Ligue camerounaise des consommateurs reçoit davantage des plaintes sur la piètre qualité des produits que sur le prix. Nous appelons à plus de vigilance de la part des consommateurs et des services compétents chargés de contrôler. 
Dans le contexte des APE, trouvez-vous les produits camerounais assez compétitifs?
 Nous encourageons les consommateurs à faire confiance aux produits du terroir. Cessons d'enrichir les autres. Cessons de mourir à petit feu.

Propos recueillis par Grégoire DJARMAILA
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Labour Day Is Around

24 heures
Brenda YUFEH NCHEWNANG-NGASSA | 29-04-2017 08:07 0

The 131st International edition of the feast for workers will be celebrated on Monday.

Cameroon will join the international community to celebrate the 131st Labour Day on May 1, 2017 unde...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter