Responsive image

Forum de Crans Montana: Afrique : l’espoir au peigne fin

Economie
Marie-Claire NNANA | 20-03-2017 18:17

Le Maroc n’est pas peu fier d’accueillir sur son sol cette troisième édition du Forum de Crans Montana, une espèce de Brainstorming éclectique à l’échelle mondiale sur les questions d’actualité brûlante créé voilà 35 ans par un homme, Jean-Paul Carteron, de nationalité suisse. Certains n’hésitent pas à faire le parallèle entre le Forum de Crans  Montana et celui de Davos, en suggérant que le premier serait la version africaine du second. Pourquoi pas ? Ici comme là, on débat des problématiques contemporaines des plus complexes, entre gens de bonne compagnie, personnalités de premier plan du monde politique, des médias et de la société civile. Jean-Paul Carteron s’empresse d’expliquer que Crans Montana est somme toute plus humain qu’un business forum ordinaire. Et qu’il veut s’inscrire dans un ancrage régional. Ce qui transcrit sans aucun doute une signature et une vision marocaine.
En effet, c’est au cœur du Sahara marocain, dans la région de Dakhla Oued Eddahab, entre l’océan et le désert, dans la ville portuaire de Dakhla précisément, que le Forum a pris ses quartiers depuis trois éditions. Ce qui a constitué un véritable accélérateur de développement pour toute la région. Avec 124 pays représentés, et un million de participants de tous horizons, le cru 2017 a fière allure. Le nombre et la qualité des personnalités présentes est toujours ici signe extérieur de rayonnement. On a ainsi pu croiser dans les allées du Forum, Jesse Jackson  et sa fille ; la star nigériane de Nollywood Omotola Jalade Ekeinde et son époux ; Danielle Sassou Nguesso ; Philippe Douste Blazy, conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies, un roi sud-africain, la première dame du Suriname. Quelques hommes politiques comme le président du Sénat nigérian, le président de la République du Vanuatu, le secrétaire général de la CEDEAO, des ministres de divers pays, d’anciens chefs d’Etat et d’anciens Premiers ministres, africains notamment.
Mais l’originalité de ce Forum placé sous la présidence du roi Mohammed VI réside bien plus encore dans sa thématique. Tout entier voué à l’Afrique, il entend interroger et préparer la marche du continent dans le siècle. En particulier la coopération Sud-Sud. Rien d’étonnant à cela, à la vérité. Qui ne connaît le tropisme africain du roi du Maroc, et sa volonté affichée de tourner la diplomatie et l’économie de son pays vers la terre d’Afrique ? C’est que, comme l’expliquent les organisateurs, d’un côté, l’Afrique a d’énormes et indéniables potentialités, sa population, sa culture, son bilan économique. Mais dans le même temps, les défis liés à son émergence paraissent tout aussi herculéens. Aussi le continent reste-t-il confronté à celui de l’accès universel à la santé, à l’éducation, à l’eau potable et à l’énergie. Dans ces conditions, comment trouver les financements adéquats ? Comment encadrer et encourager une jeunesse africaine dynamique et innovante dans les secteurs numérique, artistique, une jeunesse qui s’impatiente ?
C’est là tout l’objet du Forum de Crans Montana, qui a déblayé les voies de la coopération Sud-Sud en quelques ateliers de très haut niveau, sur l’énergie, la santé publique, la sécurité alimentaire, sur les causes profondes et des solutions aux drames migratoires en Méditerranée et en Europe, mais aussi, l’intégration des jeunes au sein des économies nationales et dans les processus de décision politique. En marge de ces débats, s’est tenue une session consacrée à l’intégration de la femme dans le processus politique et économique, avec la participation active, au milieu de leurs consœurs du monde entier, de quelques femmes camerounaises, élues, femmes d’affaires, fonctionnaires. Commencé le 16 mars dernier au palais des Congrès de Dakhla, le Forum s’est déplacé le 19 mars sur le Rhapsody, un luxueux bateau de croisière d’une capacité de 2660 places. Dans ce cadre de rêve offert aux participants, les débats se poursuivent intensément, tandis que le navire fait route vers Casablanca, la capitale économique, où il accoste demain.
Dans le respect de la tradition de cet événement, des récompenses ont été remises par le comité d’organisation à des personnalités, africaines et non-africaines, dont l’action avait été jugée déterminante pour faire avancer leur domaine de compétence. Des artistes, ministres, chefs traditionnels du Nigeria, du Sénégal, des îles Salomon, de l’île Maurice, de Jamaïque, et d’Afrique du sud ont ainsi été primés. De même qu’une vingtaine de jeunes leaders.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Effondrements d’immeubles: des normes à construire

Economie
Félicité BAHANE N. | 24-03-2017 23:33 | 0

Suite à la recrudescence de drames dans le secteur du bâtiment, l’Anor a donné un point de presse explicatif hier à Yaoundé.

 

Trois morts et plusieurs blessés enregistrés mardi 21 mars dernier à Douala, à ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter