Nigeria: Boko Haram fait de la résistance

International
Simon Pierre ETOUNDI | 20-03-2017 22:57

 Un nouvel attentat a fait plusieurs morts dans le village d'Umariri près de Maiduguri le week-end dernier.

Boko Haram n’est pas encore totalement réduit au silence. En effet, trois kamikazes, un homme et deux femmes, ont tué samedi soir quatre personnes  dans le village d'Umariri près de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, selon des sources policières. Les terroristes ont fait sauter leurs charges explosives quand un membre d'une milice pro-gouvernementale a tenté de les interroger. Une femme, ses deux enfants et le milicien ont été tués. Ce nouvel attentat est la preuve que la secte que l’armée nigériane a déclarée « terrassée et battue » reste très active.
Il y a près d’une semaine, quatre femmes se sont fait exploser à Maiduguri, faisant deux morts et seize blessés. Devant la pression de l’armée nigériane qui a déclaré avoir repris le contrôle total de la forêt de Sambisa, le fief présumé de Boko Haram, ses militants ciblent désormais les maisons de particuliers pour poursuivre leur entreprise criminelle. Les attentats-suicides, menés par des adolescentes et des femmes formées par le groupe extrémiste, sont la nouvelle stratégie. Depuis le début de l’année, près de 15 attaques ont eu lieu dans l’Etat du Borno. Ces attentats à la bombe visaient surtout les populations civiles. Mais des raids sur les axes routiers et des villages isolés ont également été enregistrés.
Les combattants extrémistes restent infiltrés au cœur des populations et peuvent à loisir se jouer de la vigilance des forces de sécurité nigérianes. Et c’est à partir de positions insoupçonnées que les terroristes agissent en envoyant de petits groupes d’hommes et surtout de femmes ces derniers temps pour frapper là où bon leur semble.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Jugés pour loyer impayé

Societe
Carine TSIELE | 22-03-2017 23:54 | 0

Face à face houleux entre Amélie Ngo M., bailleresse et ses deux locataires lundi dernier au tribunal de Première instance de Yaoundé à Ekounou. La dame poursuit les occupants de ses habitations pour huit mois d’arriérés et tient à ce ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter