Responsive image

Santé pour tous: le Cameroun cherche sa formule

24 heures
Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG | 15-05-2017 16:52

 Un document cadre sera proposé dès novembre 2017. Le ministre de la Santé publique l’a annoncé au cours d’un point de presse vendredi à Yaoundé.

Selon les statistiques obtenues au ministère de la Santé publique (Minsanté), 100 millions de personnes sombrent dans la pauvreté à cause des dépenses de santé chaque année. Et dans chaque pays, 32 % des dépenses de santé sont à la charge des patients ou de leurs familles. C’est pourquoi tous les Etats membres des Nations unies ont décidé d’essayer d’atteindre la couverture sanitaire universelle d’ici 2030, dans le cadre des objectifs de développement durable. C’est dans cette perspective que le Cameroun s’est proposé de mettre en place un mécanisme permettant à toute la population d’avoir accès à un paquet de soins de qualité. Ceci avec la mise sur pied depuis deux ans d’un Comité intersectoriel comprenant les administrations, les formations sanitaires, les sociétés savantes, les corporations, la s société civile et d’autres partenaires. Le Cameroun ayant opté pour une démarche participative et consultative.
C’est dans le cadre de cette réforme que le ministre André Mama Fouda a tenu un point de presse conjoint avec son homologue du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, le 12 mai dernier. En présence du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, il a été question d’évaluer le chemin parcouru. « Ce processus renferme des subtilités et des exigences qu’il convient de maîtriser. C’est pour une meilleure compréhension et une bonne appréciation par tous les acteurs », a rappelé le ministre. Pour assurer une offre de qualité en soins de santé à tous les Camerounais, sans avoir à se heurter aux difficultés financières, le Minsanté a indiqué que ce concept, qui diffère de l’assurance maladie universelle, va permettre de réduire les inégalités d’accès aux soins de santé dans les ménages. Pour cela, il faut une couverture fiable, équitable et financièrement soutenable où chaque individu est appelé à contribuer en fonction de ses capacités. Les services offerts dans ce cadre prennent en compte un éventail complet des services de santé essentiels, y compris la prévention des maladies et la réhabilitation  des infrastructures.
« D’ici novembre 2017, nous pensons pouvoir proposer un document-cadre décrivant l’ensemble du processus présentant les projections financières de ce grand  projet social pour lequel nous sommes tous interpelés », a assuré André Mama Fouda. Pour une meilleure couverture, huit hôpitaux de référence seront construits dans les autres régions afin de remédier aux évacuations sanitaires. Concernant l’assurance maladie universelle, le Minsanté a indiqué que trois préoccupations fondamentales demeurent. Il s’agit de la définition ou la circonscription des soins pour lesquels l’on est couvert, l’assurance de la qualité des soins dans la majorité des formations hospitalières, l’équité dans l’échelle des contributions et une carte sanitaire équitablement répartie sur l’ensemble du territoire.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

L’esprit d’Eséka

Editorial
Marie-Claire NNANA | 26-05-2017 14:38 0 0

Il l’avait promis. Il l’a donc fait. Le président de la République a livré mardi dernier les résultats de la Commission nationale d’enquête qu&rs...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter