Responsive image

Chracerh: des patientes venues de Belgique et du Congo

Yvette MBASSI-BIKELE | 07-03-2018 23:39

 Le rayonnement de l’institution augmente. Quatre nouveaux bébés y sont nés hier.

La journée d’hier, mercredi 7 mars, a été exceptionnelle au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh). L’établissement sanitaire a enregistré la naissance d’autres bébés, -quatre au total-, dont les grossesses ont été obtenues par fécondation in vitro. En cette veille de célébration de la Journée internationale de la femme, l’on n’aurait pu rêver meilleur cadeau pour les nouvelles mamans. Leurs histoires, elles peuvent les raconter désormais sans verser de larme.
Dame B. D., 38 ans, naturalisée Belge de par son union avec un natif de ce pays européen, n’en revient pas toujours de tenir sa fille entre ses bras. Celle-ci a vu le jour à 10h30. « Ce qui nous arrive est inespéré. Ça faisait longtemps que nous essayions d’avoir un enfant sans succès. Nous avons suivi des soins médicaux dans tous les pays où nous avons vécu. En Belgique, mon épouse a été opérée deux fois. Au terme de la deuxième chirurgie, les médecins ont déclaré qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant », se souvient sieur D. Pour le couple, le monde s’écroule alors. L’épouse craignant d’être abandonnée à cause de cette « stérilité » vit stress et inquiétude, jusqu’à ce qu’un membre de la famille, au Cameroun, lui parle du Chracerh. « Je ne sais pas pourquoi, mais nous avons immédiatement fait confiance au Pr. Kasia. Et, nous avons eu des résultats au premier essai », assure le père, rose d’émotion à la vue de son bébé.
Dame O., 48 ans, elle, vient de Pointe Noire, au Congo où elle vit avec son époux. Cela faisait douze ans que leur quête d’enfant durait. Hier, leur famille s’est enfin agrandie avec la naissance d’une petite fille de 3Kg 120g. « C’est un vieux rêve qui devient réalité pour moi. J’avais déjà perdu espoir. Grâce à Dieu et à l’investissement de Mme Chantal Biya, ceci a été rendu possible. Que Dieu la bénisse et qu’elle ne manque jamais de rien. J’en profite pour dire aux femmes que le Chracerh offre vraiment de nombreuses possibilités grâce aux techniques médicales de pointe qui y sont développées. N’hésitez pas à venir vous faire consulter. L’hôpital est ouvert à tout le monde », a conseillé la nouvelle maman. Les familles Fouda et Oyono ont également été bénies hier avec la naissance de leurs tout premiers enfants. Un garçon pour chacun de ces couples. Des bébés tous en bonne santé. A la satisfaction de l’équipe médicale.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter