Responsive image

Le quotidien de la campagne: démarrage au petit trot

Jean Francis BELIBI | 12-03-2018 08:24

Les neuf formations politiques retenues affinent encore leurs stratégies pour se lancer à la conquête des conseillers municipaux.

Ceux qui ont été retenus au terme de l’examen des candidatures par le Conseil électoral n’ont pas manqué de marquer leur satisfaction à l’issue de ce processus. Qu’il s’agisse du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), et de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) ou des sept autres formations politiques.

Pourtant, la décision du Conseil électoral d’Elections Cameroon a été rendue publique 72 heures avant le lancement de la campagne électorale qui va aboutir au choix de la deuxième cuvée de sénateurs de l’histoire politique de notre pays. On savait déjà que ce scrutin, qui se déroule au suffrage indirect, n’en est pas un comme les autres.

Il était donc difficile de s’attendre à voir des meetings grand public pour le lancement de la campagne électorale le samedi 10 mars 2018. Les partis politiques semblent conscients de ce que rien ne sera facile, surtout pour ceux qui n’ont pas la majorité des conseillers municipaux dans les régions où ils sont engagés. Il s’agit donc pour eux d’avoir le maximum de voix en leur faveur.

On peut donc comprendre que la première journée de campagne électorale a été consacrée à la mise sur pied des ultimes stratégies visant à convaincre les conseillers municipaux le 25 mars prochain.

Qu’il s’agisse de l’UNDP, de l’Union des populations du Cameroun (UPC), du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC) ou de l’Union des mouvements socialistes (UMS), l’on n’hésite pas à brandir le scénario de 2013 dans la circonscription électorale du Nord-Ouest où, majoritaire en termes d’électeurs, le SDF avait mordu la poussière face au RDPC qui avait raflé tous les sièges mis en compétition.

Du côté du RDPC, l’on semble donc être conscient de cette situation, ce d’autant plus que dans même région du Nord-Ouest, le parti arrive légèrement en tête face au SDF. La situation est valable dans les autres régions.

Les investitures ayant entraîné leur lot de mécontentement, le parti entend ramener tous les siens dans les rangs, dans la perspective d’une victoire complète la semaine prochaine. D’où la réunion présidée vendredi dernier au siège du parti à Yaoundé par le secrétaire général du Comité central, Jean Nkueté.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter