Responsive image

Système éducatif: La réforme se prépare

MESSI BALA | 15-04-2018 23:58

La huitième session du Comité interministériel chargé de la question a eu lieu vendredi 13 avril dernier à Yaoundé et a posé les jalons du futur Forum national de l’Education.

L’aggiornamento du système éducatif est irréversible. La démonstration en a été donnée avec la tenue, vendredi 13 avril 2018, à Yaoundé dans les locaux du ministère de l’Enseignement supérieur, de la huitième session du Comité interministériel chargé d’examiner et de proposer des solutions aux préoccupations soulevées par les syndicats des enseignants. L’organisation d’un Forum national de l’éducation était d’ailleurs le principal point à l’ordre du jour.

Une séance de travail présidée par le Minesup, Jacques Fame Ndongo, en présence du ministre de l’Education de base Mme Youssouf Adidja Alim, des représentants des services du Premier ministre et des ministères des Enseignements Secondaires, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, de la Fonction publique et de la Réforme administrative ainsi que des présidents des syndicats des enseignants des deux sous-systèmes francophone et anglophone. Le Forum national de l’éducation est donc imminent et sa préparation est sur la bonne voie. Le Minesup a précisé à l’occasion que les documents préalables, soumis par le secrétariat technique ont reçu l’onction des membres du comité interministériel. Il s’agit notamment du cahier de collecte des données, du guide méthodologique de collecte de données, du chronogramme des activités, du budget prévisionnel et des termes de références du séminaire.

En d’autres termes, on n’attend plus que l’annonce de la date par « les très hautes instances qui en ont la souveraine et discrétionnaire décision ». Mais cette rencontre de vendredi dernier n’a pas dissipé les réserves des autres acteurs du système éducatif national. On a assisté notamment au rituel jeu de ping-pong entre représentants de l’Etat et syndicalistes, à la sortie de la salle 1036 du Minesup. Pour les premiers « tout avance bien ». Tandis que les seconds dénoncent « la précipitation observée dans la conduite des travaux comme si le calendrier du président du comité était très chargé. Nous continuons d’attendre de l’Etat la signature de la convention collective du secteur de l’enseignement scolaire privé », a souligné Luc Nyomo, représentant du syndicat des travailleurs des établissements scolaires privés du Cameroun.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter