Persévérance dans les réformes

Depuis quelques années, la résilience de l’économie camerounaise face à divers chocs subis (chute des cours du pétrole, insécurité aux frontières, etc.) est saluée de tous. N’empêche la croissance du pays a pris un coup entre 2014 et 2017 en cours. Et les chiffres présentent bien ce ralentissement. Le taux de croissance du pays est passé de 5,9% en 2014 à 5,8% en 2015. En 2016, il a chuté jusqu’à 4,7% et en 2017, selon les prévisions de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), le Cameroun descendra à 3,8%. Heureusement, d’après les conclusions de la mission de surveillance de la CEMAC effectuée pendant une dizaine de jours au pays, la tendance baissière ne va pas se perpétuer. En effet, la croissance pourrait à nouveau s’affermir à 5,2% en 2018.

Mais pour cela, il faut poursuivre les multiples réformes engagées. La réduction du train de vie de l’Etat, prônée par le chef de l’Etat et entamée depuis quelques années déjà, est en pole position dans cette mouvance. Le réajustement budgétaire est une autre solution préconisée par la mission de la CEMAC. Solution que le Cameroun a déjà faite sienne, dans la mesure où la préparation du budget 2018 devrait respecter des consignes allant dans ce sens. Et avec des programmes tels que la facilité élargie de crédit accordée au pays par le FMI en juin dernier pour une période de trois ans, la situation économique du Cameroun devrait aller en s’améliorant.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category