Décès du Pr. Bob’Oyono: l’hommage des collègues

L’adieu au chef service de chirurgie pédiatrique de l’Hôpital central de Yaoundé, a eu lieu jeudi, en présence du Minsanté, André Mama Fouda.

Read also : Ciment : le sac à 4.600 F

Jeudi matin à l’Hôpital central de Yaoundé, l’heure n’était pas à la joie. Lorsque la dépouille du Pr. Jean-Marie Bob’Oyono, chef service de chirurgie pédiatrique et chef service des urgences jusqu’à sa mort, arrive à la place des cérémonies, le personnel de cette formation sanitaire ne cache pas sa tristesse. Sa désolation. Et même les ministres de la Santé publique, de l’Enseignement supérieur et les personnalités rassemblées à l’occasion. A côté de la famille éplorée, amis et collègues ne retiennent pas leurs larmes. 

Read also : Renouvellement des organes de base du RDPC : ça démarre le 7 août

C’est durant les témoignages que beaucoup comprennent qu’un grand homme s’en est allé. En service à l’hôpital central depuis plus de 20 ans, le Pr. Bob’Oyono était également enseignant à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’Université de Yaoundé I. Depuis  les années 90, il a formé des centaines de  médecins camerounais et sauvé plusieurs vies, surtout les indigents. Pour le Pr. Pierre Joseph Fouda, directeur de l’Hôpital central de Yaoundé, c’est une grande perte. « Que d’enfants, adultes, indigents de tes mains opérés. Que d’étudiants par tes soins encadrés. Ton absence depuis ton départ sans retour, pèse sur nous », regrette-t-il. Nicole Atangana, surveillant général de la formation sanitaire ajoutera : « Ta brusque et soudaine disparition laisse des collaborateurs éplorés, des centaines d’anciens patients sans voix. Toi qui te préoccupais de toutes les personnes : indigents, riches ou pauvres. »

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category