Mali: une quinzaine de morts dans des affrontements

Des combats ont opposé le week-end dernier groupes d’auto-défense pro-gouvernementaux et mouvements armés de l’Azawad au nord de Kidal. 

Le climat reste encore tendu au nord de Kidal, après un week-end d’affrontements entre combattants du groupe d’auto-défense touareg Imghad et alliés (Gatia, progouvernemental) contre les hommes de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg). Selon des sources, les accrochages se sont produits à Intachdayte, localité située à 85 km au nord de Kidal. Une quinzaine de personnes a perdu la vie au cours de ces combats particulièrement violents, à en croire des sources concordantes. «Nous avons perdu six hommes et un autre est porté disparu», a reconnu Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA. «Nous avons emporté un important lot de matériel de guerre, dix véhicules. Il y a eu 15 tués. C'est une base du chef d'état-major du Mouvement national de libération de l'Azawad, composante de la CMA, Mohamed Najim, qui a été attaquée», rétorque Mohamed Ag Télouf, un combattant du Gatia.
Dans un communiqué diffusé samedi dernier, la CMA dénonce une «énième violation du cessez-le-feu» par le camp d’en face et affirme qu’«elle ne peut demeurer indifférente à ces agressions des milices qui bénéficient des équipements et de la logistique de l'armée nationale du Mali». D’après une autorité municipale, «la ville de Kidal est calme, mais la tension persiste entre les groupes en dehors de la ville. Les civils surtout ont peur ». 
Avec ces nouveaux accrochages, Kidal rentre à nouveau dans le cycle infernal de la violence. En aout dernier, des affrontements meurtriers avaient déjà opposé la CMA et le Gatia pour le contrôle de Kidal, bastion de l'ex-rébellion. Malgré d’interminables réunions tenues à Bamako pour régler ce différend, les protagonistes restent toujours sur une logique d’affrontement. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie