Gabon : un beau geste

Commentaire

Read also : CHAN 2020 : le Maroc dans l’histoire

En décidant de renoncer à la contestation pour privilégier la reconstruction du Gabon, Jean Ping, le perdant de la dernière présidentielle, est revenu à de meilleurs sentiments.

Read also : Accident de Santchou : deux ministres sur les lieux

Ce revirement est d’autant plus spectaculaire que le 16 juin dernier, un commando dirigé par Roland Désiré Abang Minko s’était introduit dans les locaux de quatre médias gabonais  pour tenter de diffuser un message donnant un délai de 72 heures au président Ali Bongo Ondimba pour céder le pouvoir à Jean Ping. Le leader de ce commando avait déclaré avoir disposé des bombes au sein des bâtiments administratifs et menacé de les faire exploser si ses exigences n’étaient pas satisfaites.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category