Musique: un soleil nommé Viany

 La chanteuse a célébré ses dix ans de carrière dans la musique avec un spectacle le 12 août dernier à Yaoundé

 

Reconnaissance et gratiitude. Faits qui ont transcendé le spectacle du 12 août dernier au cabaret Mi-Sahel à Yaoundé, à l’occasion des 10 ans de carrière dans la musique de Sanzy Viany. Les rayons émis par le « Soleil » Viany sur la scène samedi dernier brillaient pour diverses raisons. Une célébration conviviale. Une salle pleine d’amis, de proches, de sympathisants et de fans. Et surtout, une artiste étincelante de charme et de talent. L’aventure d’une décennie contée en quelques heures, le temps d’un show. Ce n’est pas uniquement la vie musicale de Sanzy Viany, riche de deux albums (« Me Teug » et « Ossu »), qui s’est déroulée devant un public conquis. Cette soirée-anniversaire a dressé une fresque de rencontres inédites. Krotal, le groupe Macase, Danielle Eog, Denise Naafa, David K, Moustik, et ses musiciens (hommes de l’ombre), ont accompagné la star dans ce replay de 10 ans de chapitres inoubliables.
De la chaleur s’échappe de la voix de Sanzy Viany, qui à chaque vibration, laisse deviner une polyvalence impressionnante. Aucune piste vocale ne semble trop glissante pour elle. Sous le couvert de l’hommage, Sanzy reprend à sa sauce des titres de femmes artistes, épaules réconfortantes en temps de disettes. Queen Eteme, Kareyce Fotso et Charlotte Dipanda présentes ce soir-là, incarnées par les cordes vocales de Sanzy Viany. Pleine d’énergie comme toujours, Sanzy Viany a pourtant basculé nombre de fois dans la séquence émotion. Le souvenir de toutes ces personnes qui ont croisé sa route et posé une brique pour bâtir sa carrière se déclenche comme une vague d’émoi. « Je suis le résultat d’une multitude de mains qui se sont entremêlées pour me pousser », reconnaît-elle.
La perte de Hervé Maboma alias Faser, cet être cher qui lui a tenu la main, elle l’a surpassée par une force qu’elle remet à Dieu. « En 10 ans, beaucoup de choses ont été surmontées grâce à l’amour », se souvient-elle. De ce triste épisode de sa carrière, on retient cette incroyable capacité de Sanzy Viany à renaître de ses cendres et à revenir plus solide qu’avant la chute. Abandonner la musique ? Jamais. Son titre « Ossu » (Aller de l’avant) porte à lui seul sa philosophie. Rien n’est trop brutal, trop insurmontable pour laisser tomber ses objectifs. En tant que femme et mère, elle est bien placée pour insuffler à ses pairs le message de « Mpang Minga » : Femme de mérite, femme courageuse. On a hâte de voir ce que lui réserve les dix prochaines années. Mais pour tout de suite c’est du repos, une tournée en Afrique, des activités humanitaires et bien sûr, le troisième album.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category