Inscriptions et recrutement: à chacun son rythme

Dans les lycées, on commence à peine. Dans plusieurs collèges confessionnels, tout est terminé. Chez les laïcs, le processus est en cours.

Lycée Général Leclerc vendredi dernier. Il y a une animation certaine à l’établissement. Le service administratif est ouvert. Le proviseur est en séance de travail dans son bureau. « L’intendant était là. Mais, il ne meurt pas de travail. Ce n’est pas encore la période d’affluence pour les inscriptions », renseigne un enseignant. L’intendant, dans un lycée, est chargé d’inscrire les anciens élèves. S’agissant du recrutement des nouveaux, c’est toute une commission qui s’en charge dans les établissements publics. Elle est constituée entre autres, du proviseur, des enseignants et parents triés sur le volet. Vendredi dernier, on en était encore aux préalables : les réunions, le classement des dossiers, l’évaluation des places disponibles, classe par classe. C’est hier lundi que la commission de recrutement devait se mettre à l’œuvre. Mais déjà Elisabeth Ntonga, le proviseur prévient : « Il y a beaucoup de dossiers pour toutes les classes ».  Dans plusieurs autres lycées, la situation est pareille.
Au collège Vogt et à Saint-Benoît, tout est bouclé : recrutement et inscription. Dès le début des vacances, les parents des élèves de Vogt étaient sommés de manifester leur intention de renouveler l’inscription de leurs enfants avant la mi-juin par le paiement d’une somme de 25 000 F. Cette intention devait être confirmée par le solde de la première tranche avant la fin du mois de juillet. « Passé ce délai, l’élève était susceptible de perdre sa place au collège ». La menace était bien mise en exergue dans une note encartée dans les bulletins de fin d’année à l’attention des parents. « Cette menace est sérieuse et les parents s’exécutent », affirme Marie Odile Biloa, parent de plusieurs enfants à Vogt. Des concours de recrutement ont été organisés en mai, pour les classes de 6e et à mi-juillet pour les classes intermédiaires.  Au collège de la Retraite, si on ne parle plus d’inscription des anciens élèves, c’est parce que c’est un dossier déjà classé. Par contre, les recrutements se poursuivent. Un concours est en vue le 31 août pour les classes de seconde.
S’agissant des établissements laïcs, les portes sont ouvertes depuis le début du mois d’août. A Golden Institute de Nkolmesseng,  Doré Ngantou, la fondatrice confie qu’à deux semaines de la rentrée scolaire, ses anciens élèves constituent la base de ses effectifs actuels. « Ils sont plus d’un millier. Toutefois, le recrutement est en train de battre son plein. Cela ira jusqu’en fin septembre. Mais la sélection reste rigoureuse. Nous tenons à ce que les nouveaux qui arrivent ne soient pas des rebus d’ailleurs. Notre sous-système anglophone est très sollicité, du primaire au secondaire. C’est pourquoi, s’agissant du recrutement, nous nous y prenons à temps ». Ici, le bulletin de notes de l’année dernière vaut son pesant d’or pour le postulant. On regarde le travail et la discipline.

Ils ont dit

Jang Ngwang Deric: “We have done All The Preliminaries”

Principal of a private Institute

“We just took up service some two weeks ago to prepare for the resumption of the 2017/2018 academic year. At the level of the administration, we have done all the preliminaries. Everything is already set. We already have a complete staff of about 80 teachers. We have already drawn our time table and presently we are receiving parents who are registering their children. We are expecting that probably from this week we will have appointment with many parents but most often most parents like to come towards the eve of school resumption.”
 

Elisabeth Ntonga: « Ce n’est pas une affaire du proviseur »

Proviseur du lycée Général Leclerc

« Le recrutement de nouveaux élèves dans les lycées est régi par un texte du ministre des Enseignements secondaire. Ce n’est pas une affaire du chef d’établissement. Mais de toute une commission composée de parents, des enseignants, du proviseur. Les dossiers sont examinés dans cette commission à une période précise. Au lycée Général Leclerc, le travail de la commission commence ce lundi. D’emblée, je dois vous avouer que les dossiers reçus sont nombreux ».
 

Bertrand Tambo: « Nous avons donné ce que nous avions »

Parent

« J’ai un enfant et j’ai déjà fait le nécessaire pour les fournitures mais pour l’inscription c’est compliqué. C’est vrai qu’à l’école on exige une première partie de l’argent de la pension mais nous avons donné ce que nous avions et ils ont accepté. Ils ont déjà inscrit l’enfant et on a pris rendez-vous pour le reste de l’argent. J’ai eu certains problèmes familiaux qui ont perturbé mon programme, c’est pourquoi maintenant je suis juste en train de faire des pieds et des mains pour réunir le reste de la somme demandée ».
 

Marcel Youaleu: « J’attends d’être reçu »

Parent d’élève

« Mon enfant sera inscrit dans cet établissement. Il y a deux ans, ma fille est sortie d’ici nantie de son GCE-Advance Level. Elle a même sauté le Lower sixth sur recommandation de ses enseignants. En deux ans, elle a obtenu le GCE-O et le GCE-A au lieu de trois ans. La qualité de la discipline et du travail m’impressionne ici et Je me suis dit : « on ne change pas l’équipe qui gagne ». Je voudrais que son petit frère suive ses pas. Il a obtenu son CEPE et j’attends d’être reçu par le chef d’établissement ». 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category