Maquette de la stèle du souvenir d’Eseka: le jury du concours installé

Hier à Yaoundé, le ministre des Arts et de la Culture a demandé l’objectivité afin de garantir  crédibilité et sincérité aux résultats des délibérations.

Un jury pluridisciplinaire. Le concours de la maquette pour la stèle du souvenir à Eseka (Nyong-et-Kelle, région du Centre) rassemble des jurés aux compétences diverses. Ils sont artistes, galeristes, enseignants, architectes, archéologues, etc. Leur mission : dénicher la perle qui rendra, par sa maquette, un hommage saisissant aux victimes de l’accident ferroviaire d’Eseka survenu le 21 octobre 2016. Cette compétition lancée le 20 juin dernier connaît une étape cruciale avec la constitution du jury.
En installant ses 32 membres hier, le Pr. Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la Culture (Minac) est revenu sur l’importance de l’œuvre qui sera réalisée. « Une stèle du souvenir commémorative à Eseka porte la marque de la volonté ferme du chef de l’Etat de faire en sorte que cette tragédie soit à jamais commémorée par la nation et que la mémoire des victimes soit célébrée par le pays tout entier à travers un monument. Cette stèle est appelée à être aussi le symbole de l’unité, de la fraternité, de la solidarité  entre les différents fils du Cameroun face à la tragédie et au drame que notre pays est appelé hélas, comme beaucoup de nations dans le monde, à affronter », a déclaré Narcisse Mouelle Kombi. Sur le plan symbolique, « cette stèle devra refléter l’immensité de la tragédie et l’intensité de l’émotion que cet accident a provoquée », a ajouté le Minac. Les tâches des membres du jury ont ensuite été dévoilées.    
Ils vont examiner, évaluer, classifier, identifier les différentes propositions conformément au règlement intérieur du concours. Il a alors invité le jury à plancher sur la qualité plastique des œuvres proposées, les dimensions esthétique et symbolique : les formes et couleurs, mais aussi sur leurs dimensions technique, structurale et architecturale. « Dans l’exercice de vos attributions, vous devrez vous armer des vertus d’objectivité, d’impartialité… afin de garantir crédibilité et sincérité aux résultats de vos délibérations. Il s’agira pour vous d’identifier une ou des œuvres appelées à devenir un monument historique, un lieu de mémoire tout en étant un espace de récréation », a martelé Narcisse Mouelle Kombi. Du 20 juin au 21 juillet dernier, période ouverte pour les dépôts des candidatures, le Minac a enregistré une soixantaine de propositions.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category