Exposition: « Naufrage » de couleurs

 La première exposition de Juste Constant Onana Amougui est une incursion dans un périple de migrants en route pour une vie meilleure

 

L’immigration, sujet vu et revu sous nombre de coutures artistiques, refait surface avec  « Naufrage ». L’exposition de 18 tableaux signée Juste Constant Onana Amougui dit « Consty », remet une couche d’actualité avec originalité. Le jeune plasticien, pour sa toute première expo dévoilée le 27 juillet dernier au restaurant La Terrasse à Yaoundé fait une immersion au sein de la traversée du désert et des mers de ces migrants clandestins de plus en plus téméraires. Mais pas que. Il s’intéresse aussi à ce phénomène sur le plan local. Un pan de son expo se penche aussi sur le terrorisme, une des causes de l’immigration dans la partie septentrionale du pays. En clair, le déplacement d’un lieu à l’autre couvre l’expo.
« Fin de l’aventure » est l’une des toiles de l’exposition incarnant le mieux l’idée du naufrage. Sur une plage, des corps échoués gisent comme de vulgaires déchets rejetés par l’océan. Derrière ces hommes affalés, une histoire tragique de personnes prêtes à courir les risques les plus fous pour atteindre l’Europe, ce saint-graal susceptible de conférer le statut de demi-dieu au fils qui enverra quelques mandats à sa famille. Le lien avec le tableau éponyme de l’expo « Naufrage » est très vite tissé. Il est difficile d’ignorer ces hommes et femmes entassés dans une barque bondée de monde, prisonniers volontaires de vagues agitées. Le plasticien use de couleurs vives pour traduire avec un réalisme presque déconcertant la violence des flots en colère. Contraste avec l’aspect des passagers, désormais ombres sur un bateau à la dérive. Consty capture cet instant pathétique, cauchemar régulier vécu par des milliers de clandestins quittant les côtes africaines pour prendre le large vers de meilleurs auspices.
L’artiste de 24 ans propose sa toute première expo, fruit de deux ans et demi de recherche. Une opportunité offerte par Restart, association accompagnant les premiers pas de jeunes artistes. Il ne se fixe pas que sur le « Naufrage » des migrants, mais fait quelques digressions comme avec « Retour aux sources », panorama d’un village paisible. « On se dit toujours que l’idéal est ailleurs. Il y a pourtant de belles choses à vivre aussi chez nous. Tout n’est pas perdu. D’où ces toiles à part », soutient l’artiste. Né en 1993, il est étudiant en arts plastiques et histoire de l’art à l’Université de Yaoundé I. Titulaire d’une licence en histoire de l’art, il a suivi ses études secondaires à l’Institut de formation artistique de Mbalmayo (IFA). Ses œuvres sont à découvrir jusqu’au 14 septembre prochain.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category