Retrouvailles avec Ban Soon-Taek

Avec les conjoints de chefs d'Etat, Chantal Biya a pris part mardi à un thé offert par l'épouse du Secrétaire général des Nations unies.

La Sutton Place, sur la 57ème rue à New York, habituellement calme et fréquentée par des retraités a connu une agitation peu commune mardi, captivant les personnes âgées sorties respirer l’air pur sur les berges de l’Hudson coulant à quelques pas. En contrebas de la résidence du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu). C’est que sacrifiant à ce qui est devenu une tradition depuis quelques années, Ban Soon-Taek, épouse du Sg de l’Onu, a offert un « Tea reception » aux conjoints des chefs d’Etat et de gouvernement, en marge des travaux de la 71e Assemblée générale. Toute en beauté, élégante dans un ensemble longue jupe en soie sauvage et une veste de dentelle, couleur pastel, Mme Chantal Biya, épouse du président de la République, a pris part à la réception. A ses côtés, Mme Céline Ngoh Ngoh, épouse du ministre, secrétaire général de la présidence de la République.
La réception à huis clos, ouverte à 171 invitées triées sur le volet, a duré environ une heure. Et même si rien de particulier n’a filtré de cette rencontre, l’on a appris que les retrouvailles entre Mmes Chantal Biya et Ban Soon-Taek ont été chaleureuses. La première dame camerounaise a reçu Ban Soon-Taek à Yaoundé en juin 2010. Opportunité pour la visiteuse de découvrir l’immensité de l’action de Chantal Biya en faveur des démunis, défavorisés et autres personnes vulnérables. Les deux personnalités s’étaient d’ailleurs retrouvées quelques trois mois après, en septembre à New York, en marge de la 65e Assemblée générale des Nations unies.
Et comme les premières dames saisissent d’habitude l'opportunité de leur rencontre pour échanger sur différentes questions sociales et défis de l’heure, l’on imagine aisément Mme Chantal Biya évoquer son action caritative dans son pays et bien au-delà. N’est-elle pas ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco pour l’éducation et l’inclusion sociale, ambassadrice spéciale de l’Onusida ? Et alors que la santé de la mère et de l'enfant, les résistances microbiennes, la place des femmes, la situation des migrants préoccupent encore dans le monde, Mme Chantal Biya a sans doute mis à profit cette autre rencontre avec Mme Ban Soon-Taek et d’autres premières dames, pour nouer des contacts fructueux bénéfiques aux déshérités.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie