Gaz domestique: un opérateur surpris en plein siphonage

Fidèle Fonkou a été placé en garde à vue mercredi au commissariat du 20e arrondissement de Yaoundé. 

C’est aux alentours du carrefour sous-manguiers, sous l’ombrage de palmiers et non loin d’un immeuble que Fidèle Fonkou, propriétaire d’un dépôt de gaz, siphonnait ses bouteilles en vente. L’opérateur a installé ses activités dans un container, une sorte de laboratoire équipé d’un compresseur, d’un groupe électrogène et d’autres matériels pour arriver à ses fins. Le promoteur se procurerait des bonbonnes de gaz de certains marketeurs, Stargaz notamment, pour les enfûter dans des bouteilles SCTM. Régulièrement, à partir de minuit, le chef de dépôt divisait le contenu d’une bonbonne Stargaz pour le répartir dans trois bouteilles de marque SCTM et vendre chacune d’elles au prix de 6500 F dans un point de distribution au quartier Ekounou. Fidèle Fonkou et un de ses complices ont été appréhendés hier aux environs de 4h du matin par les éléments de la délégation départementale du ministère du Commerce pour le Mfoundi et les éléments du commissariat du 20e arrondissement. 78 bouteilles de gaz de 12,5 kg ont été saisies sur les lieux. 
« Cela fait un mois et deux semaines que nous les filions. Lorsque nous avons eu la confirmation de leurs activités, nous avons dépêché nos équipes et vers 4h, nous les avons surpris la main dans le sac », relate le délégué départemental, Jules Obama. Et d’ajouter : « La manipulation du gaz par des mains inexpertes est proscrite par la loi. L’activité met en danger la vie des populations parce que s’il y a une explosion, tout le quartier sera embrasé. C’est pour cela que le ministre nous a demandé d’agir avec toute la rigueur nécessaire pour réprimer ces actions ». Pareillement, Hilaire Foumane, chef de la brigade départementale des contrôles de la répression des fraudes du Mfoundi explique que « son agrément sera retiré et des poursuites judiciaires seront engagées parce qu’il y a fraude sur le prix, sur les quantités et sur la norme ».  Surtout que, comme l’indique le responsable, plusieurs ménagères ont déjà eu à se plaindre d’avoir acheté des bouteilles de gaz SCTM dont le contenu se vidait au bout de quatre ou huit jours, à 7000 F et parfois même 8000 F, compte tenu de la forte demande qu’il y a autour du produit. Selon les riverains, cela fait plus de deux ans que l’opérateur a installé son activité à cet emplacement. Sur les lieux, le sous-préfet de Yaoundé IV, Martin Locko Motassi, a invité les populations à être vigilantes, à acheter du gaz dans des points de distribution reconnus ainsi qu’à dénoncer ce genre d’irrégularités aux forces de l’ordre. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie