Coopération Cameroun-Arabie saoudite: Les fruits d'une visite intense

Des parlementaires saoudiens ont apprécié la stabilité du Cameroun et promettent d'investir dans le secteur agricole et celui du transport ferroviaire.

Trois jours de visite et des perspectives prometteuses dans les relations entre le Cameroun et l’Arabie saoudite. Les parlementaires saoudiens sont arrivés en fin de séjour à Yaoundé vendredi dernier, après des échanges de haut niveau avec les autorités camerounaises. En effet, arrivés mercredi dernier, dans un contexte de célébration des noces d'or des relations diplomatiques entre leur pays et le Cameroun, l’équipe conduite par Walid Abdulkarim Alkhariji a été reçue par le président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale. Au niveau de l’exécutif, le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, s’est entretenu avec les membres du Conseil consultatif du Royaume d’Arabie saoudite. S’en sont suivis d’importants échanges avec les ministres de la Communication, des Finances, de l’Agriculture et de l’Economie. Les rencontres avec des hommes d'affaires camerounais et à l'assemblée nationale avec les membres du groupe d'amitié interparlementaire Cameroun-Arabie saoudite, sont également à inscrire dans cet enrichissement. C’était en présence de l’ambassadeur du Royaume d’Arabie saoudite au Cameroun, S.E. Muhammad Bin Sulayman.

A l’issue de ce séjour, l’une des  nouvelles semences de cette relation, identifiée lors des échanges avec les autorités camerounaises, est l'agriculture. En effet, d'après l'hon. Hamadou Sali, président du groupe d'amitié interparlementaire Cameroun-Arabie saoudite, les Saoudiens sont intéressés par l'investissement dans le domaine agropastoral, surtout le machinisme agricole. Par ailleurs, les hôtes du Cameroun ont évoqué la possibilité d’étendre le réseau du chemin de fer dans le pays. On parle de l'aménagement des lignes Douala-Kumba, Douala-Nkongsamba-Dschang-Bamenda, ou entre Yaoundé vers la région du Sud. Dans le secteur éducatif, l'Arabie saoudite entend achever la construction de l'université de Ngaoundéré, dont le projet n'avait été réalisé qu’au tiers. A ce jour, le portefeuille actif de la coopération saoudienne au Cameroun, à travers le Fonds saoudien de développement (FSD), se chiffre à plus de 25 milliards de F. Ce montant devrait être injecté dans le financement d’infrastructures routières et le lycée d’enseignement des métiers industriels à Douala.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie