40 ans du CERDOTOLA:le chef de l’Etat honoré

Vendredi dernier, à la clôture du quarantenaire à Yaoundé, le collège des savants africains lui a décerné la distinction suprême de Grand maître des traditions africaines

 

C’est sur un fond de satisfaction que les festivités  organisées à l’occasion du  quarantenaire du Centre international de recherche et de documentation sur les traditions et les langues africaines (CERDOTOLA) se sont clôturées le 13 octobre dernier au palais des Congrès de Yaoundé. Les colloques et autres articulations liés à cette célébration se sont bien déroulés, ont fait savoir les différents participants. Ainsi, à l’issue de cette cérémonie, un grand hommage a été rendu au Cameroun à travers son président Paul Biya. Le collège des savants africains a décerné au chef de l’Etat, la distinction suprême de Grand maître des traditions africaines. Ceci pour sa contribution aux causes de la paix, de l’unité africaine, et du développement.
Le ministre des Arts et de la Culture, Pr. Narcisse Mouelle Kombi représentant personnel du chef de l’Etat, a révélé que «cette distinction honore le Cameroun et le continent africain», le CERDOTOLA étant un organisme œuvrant à l’échelle internationale. Il a également félicité les participants. La cérémonie a également servi à présenter les résolutions et plusieurs recommandations. Pour le Pr. Charles Binam Bikoï, secrétaire exécutif, comme recommandation majeure, le CERDOTOLA, en fédérant l’ensemble des institutions qui travaillent sur la cause de l’Afrique, doit proposer une nouvelle réflexion, au-delà de la consommation de la pensée produite par d’autres.
Il faut produire une nouvelle pensée africaine au service de l’Afrique et tournée vers la résolution des problèmes de l’Afrique. « Nous pensons que cette recommandation est la plus forte parce qu’elle ramène l’Homme à sa pleine dimension d’humanité », a souligné le Pr. Binam Bikoï. Comme résolution, le CERDOTOLA a promis de mettre en place des moyens pour combattre la fuite des cerveaux et promouvoir leur retour en Afrique. Et d’œuvrer pour un programme en faveur de la création et de la mise en circulation d’une monnaie africaine unique, entre autres.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category