Nouveau front pour Synergies africaines

Un atelier pour la formation de 125 leaders socio-professionnels ouvert hier à Douala.

Accélérer la riposte en vue de l’éradication du sida d’ici à 2030. Le challenge fixé par les Nations unies en juin dernier à New York trouve un écho au Cameroun dans une initiative de l’Ong Synergies africaines contre le sida et les souffrances lancée hier, 27 septembre, à la Maison du combattant à Bonanjo-Douala. En fait, il s’agissait de l’ouverture de la première phase du programme dénommé « Mon pari pour 2030 », laquelle phase consiste en la formation de 125 leaders de la société civile dans la lutte contre le Vih/sida. Ce chiffre concerne la région du Littoral : l’opération vise ensuite la formation de 100 leaders à Bafoussam et de 100 autres à Bertoua.

Selon Jean-Stéphane Biatcha, secrétaire exécutif de Synergies africaines, il apparaît urgent pour la présidente-fondatrice, Mme Chantal Biya, « d’intensifier la formation et la sensibilisation par l’élargissement des catégories-cibles. » A savoir les cadres d’entreprises, les responsables d’associations de femmes, les responsables d’Ong impliquées dans la lutte contre le sida, les points focaux Vih des municipalités, les leaders du secteur informel, etc.

Objectif général du programme, l’amélioration de la prévention du Vih dans la population en général, et en milieu professionnel, par la promotion du dépistage au Vih et autres Ist et la mise en place de cellules de prise en charge du Vih en entreprise. Les objectifs spécifiques, eux, sont les suivants : vulgariser le concept de points focaux de lutte contre le Vih/sida ; accélérer l’adhésion à l’initiative du dépistage volontaire et systématique ; promouvoir les activités de lutte contre le sida en entreprise ; faciliter l’atteinte de l’objectif 90-90-90 d’ici 2030 (que 90% des personnes infectées le sachent, que 90% des personnes infectées soient mises sous traitement, et que 90% des personnes mises sous traitement aient une charge virale quasi indétectable).

Outre la formation d’au moins 325 points focaux (à Douala, Bafoussam et Bertoua donc), le programme « Mon pari pour 2030 » espère sensibiliser environ 3 millions de personnes par an, réaliser environ 100 mille tests de dépistage avec les résultats retirés par les patients, et sensibiliser environ 100 entreprises camerounaises à la mise sur pied d’une cellule de lutte contre le sida en leur sein.

Le gouverneur du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, s’est félicité du choix de Douala pour le lancement de ce programme. Il a, par conséquent, invité les populations de la région à s’impliquer massivement dans cette initiative « qui vient à point nommé ».

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie