Première: Gondwana de tous les possibles

L’humoriste nigérien Mamane pousse la plaisanterie jusqu’au bout en réalisant un film sur son célèbre pays imaginaire. 

Vous aurez beau chercher des siècles, vous ne trouverez jamais le Gondwana sur aucune carte. Cette République très très démocratique est le fruit de l’imagination débordante de l’humoriste nigérien Mamane. L’auteur des célèbres chroniques sur Radio France internationale (RFI) est derrière le film « Bienvenue au Gondwana » sorti cette année. Au centre de l’intrigue d’1h40min, un jeune administrateur français, envoyé par son pays dans une équipe d’observateurs indépendants d’une élection présidentielle au Gondwana. Julien Franchon, interprété par Antoine Gouy, arrive en terre africaine dans un esprit idéaliste, avant de ranger ses espoirs de transparence au placard.

Le chef de mission, qu’incarne Antoine Duléry, ne l’aide pas non plus. Lui a ses propres intérêts à défendre. Il est décidé à faire affaire avec Son Excellence Président-Fondateur, et lui vendre des courgettes produites dans sa région. On l’aura vite compris, sa véritable mission au Gondwana : sortir de la crise financière la commune française qu’il dirige en tant que maire. En résumé, personne n’a à coeur cette élection. Si, peut-être quelqu’un. Une Gondwanaise, jouée par Prudence Maïdou, à la tête d’un mouvement travaillant dans l’ombre ou presque, pour des élections claires et justes. Le sérieux que requiert une élection présidentielle pour l’avenir d’un pays, est balayé dans ce long-métrage de l’humoriste nigérien, pour la première fois sous la casquette d’un réalisateur.

Comme toujours avec Mamane, la ligne semble être le rire et rien d’autre. Ses confrères humoristes Michel Gohou et Digbeu Cravate de Côte d’Ivoire, Edoudoua non glacé du Cameroun, Rasmane Ouedraogo du Burkina Faso, en principal candidat heureuxmalheureux de l’opposition, l’aident à préserver cette ambiance rigolote. Le casting a tout pour faire mourir de rire les cinéphiles, mais de manière étrange, sur certaines séquences, on est sous la menace d’un ennui profond ou d’une blague mal placée.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie