Corée du sud: Voyage à travers les percussions

Le spectacle « Pound it, Korea ! » a exploré cette discipline le 13 octobre dernier à Yaoundé.

Six tableaux pour faire le tour de la Corée du Sud en percussions. Le public de Yaoundé a goûté les délices de cette discipline artistique le 13 octobre dernier à l’hôtel Hilton. Le show intitulé « Pound it, Korea ! », assuré par la compagnie théâtrale Haeboma, parcourt la tradition instrumentale de la Corée. Présentations faites avec le janggu (tambour en forme de sablier à double tête), le modeumbuk (kit de batterie avec plusieurs tambours coréens), le Nabal (trompette traditionnelle) ou encore le Taepyeonso (instrument à vent et à double anche). La petite leçon s’arrête là… Ce qui nous intéresse, c’est l’étonnante coordination sonore que procurent ces éléments lorsqu’ils sont mis en commun.

Comme l’a confirmé Hwang Joon Hyung, le directeur de la compagnie, à travers leurs gammes, les percussions servent aussi à conter des songes, à transmettre le puissant message des mélodies traditionnelles. Beaucoup de percussions, mais aussi du chant et de la danse. La sixième et dernière partie de cette représentation d’environ une heure et demie, a offert une excursion dans un rituel exécuté par des danseurs porteurs de masques, pour chasser les esprits maléfiques.

Pour Lim Jae-Hoon, ambassadeur de la République de Corée au Cameroun, ce spectacle renforce les échanges culturels entre le Cameroun et son pays. « Nous souhaitons faire découvrir notre culture et la partager avec nos amis camerounais, car les Coréens sont connus pour leur amour de la musique et de la danse », a-t-il déclaré. Haeboma est une compagnie théâtrale qui se produit tant en République de Corée qu’à l’étranger. Dans ses cordes, le théâtre, mais aussi d’autres genres artistiques inspirés de la tradition coréenne.

Une politique qui colle à la perfection à la volonté de la Korea Foundation, à l’initiative du spectacle de Yaoundé. Comme l’a expliqué Jinyoung Chun responsable du département Arts et Culture de cette institution créée en 1991, « l’une de nos missions est de promouvoir une meilleure compréhension de la Corée dans la communauté mondiale. Il nous importe également de renforcer l’amitié entre la Corée et d’autres pays ». Quatre étapes sur le continent se profilent pour les percussions de Haeboma. Après le Cameroun, elles se feront entendre dans d’autres nations africaines.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie