Financement des projets ruraux: les capacités des actions renforcées

Un atelier ouvert mardi à Yaoundé afin d’améliorer la gouvernance financière des programmes agricoles en Afrique francophone.

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) ambitionne depuis des années d’aider les ruraux démunis à améliorer leur sécurité alimentaire, à accroître leurs revenus et à renforcer leur résilience. Pour la période 2016-2025, l’organisme s’est fixé pour objectif de renforcer les capacités de production des populations rurales, d’accroître les avantages qu’elles tirent de leur intégration au marché, de même qu’à accroître la résilience de leurs activités économiques aux changements climatiques. Seulement, en dépit des engagements pris par les gouvernements, la performance des projets reste affectée par les faibles capacités techniques, méthodologiques des équipes de projets. Et davantage, dans leur gestion financière. Des manquements qui impactent le démarrage des projets et la passation des marchés. 
Un atelier régional de formation en gestion financière des projets et programmes du FIDA s’est ouvert mardi à Yaoundé pour promouvoir les bonnes pratiques en matière de gestion financière des projets et améliorer le processus de décaissement des ressources mises à leur disposition. Il s’agira, pendant quatre jours, d’entretenir les participants sur l’efficacité de l’administration des prêts, la gestion des risques, la valeur ajoutée des rapports financiers et des outils de gestion que sont les logiciels de comptabilité. La gestion de la trésorerie et les systèmes financiers nationaux seront également au menu de la formation. Pour le ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Clémentine Ananga Messina qui a ouvert les travaux, « la gouvernance financière est gage de résultats. Lorsqu’elle est bonne, les fonds arrivent où ils doivent aller. Sans les fonds, on ne peut pas changer d’échelle de production. Il est important qu’au niveau des méthodes, des stratégies de gestion, de tout le package financier, qu’on partage des expériences à succès, qu’on identifie les insuffisances et qu’on les corrige ».
Le Cameroun entretient une coopération de longue date avec le FIDA. « A ce jour, des projets ont été financés à hauteur de 400 millions de dollars, soit plus de 233 milliards de F. Nous allons vers la performance et diversifions les appuis que nous apporte cet organisme notamment en matière d’aquaculture », a indiqué le ministre délégué.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie