TIC: le PM prescrit une utilisation optimale

Le communiqué rendu public à l’issue du Conseil de cabinet tenu jeudi à Yaoundé.

Sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, Monsieur Philemon Yang, s’est tenu le jeudi 29 septembre 2016 à partir de 09 h dans l’immeuble principal abritant ses Services, un important Conseil de cabinet. Y ont pris part, outre ses proches collaborateurs, les ministres, les ministres délégués et les secrétaires d’Etat.
L’ordre du jour comportait les points ci-après : 
1. l’exposé du ministre de l’Enseignement supérieur sur « les innovations de la rentrée universitaire 2016-2017 » ; 
2. les exposés complémentaires du ministre de l’Education de base et du ministre des Enseignements secondaires sur « le déroulement de la rentrée 2016-2017 et la problématique du manuel scolaire au Cameroun ». 
Dans son exposé, le ministre de l’Enseignement supérieur a indiqué que les innovations de l’année universitaire 2016-2017 sont articulées autour des trois missions cardinales assignées à l’enseignement supérieur, à savoir l’enseignement, la recherche et l’appui au développement. Une attention particulière sera accordée au renforcement de l’arrimage des Universités au numérique éducatif, qui constitue l’une des plus grandes innovations de la prochaine rentrée universitaire. 
En effet, le processus enclenché, il y a une dizaine d’années, avec la création de deux universités virtuelles à Yaoundé, des campus et bibliothèques numériques, va connaître une accélération avec (1) la création des filières technologiques innovantes dans toutes les Universités d’Etat ; (2) la mise en œuvre du projet « e-national higher education network » qui permettra d’offrir 500 000 ordinateurs portables aux étudiants régulièrement inscrits ; (3) l’implémentation du projet « e-book » dont l’objectif est d’offrir aux enseignants des universités, la capacité de produire des programmes numériques conformes aux normes internationales.
Le ministre a, par ailleurs, indiqué que la formation en alternance prescrite par le système Licence-Master-Doctorat (LMD) sera renforcée, à la faveur de la mise en œuvre du programme d’appui à la professionnalisation de l’enseignement supérieur en Afrique centrale, à l’effet de garantir l’employabilité et l’insertion socio-professionnelle des diplômés des Universités. En outre, la carte universitaire est appelée à se densifier, avec l’entrée en service de l’Université Inter-Etats Cameroun-Congo, la dynamisation des activités de l’African Institute of Mathematical Sciences et l’accélération des procédures de mise sur pied de l’Université panafricaine. 
Prenant la parole au terme de cet exposé, le ministre de l’Education de base a rendu compte du déroulement de la rentrée scolaire 2016-2017 dans l’enseignement primaire et maternel, avant d’aborder la problématique du manuel scolaire. S’agissant de la rentrée scolaire, les rapports issus des différentes missions de supervision déployées sur le terrain permettent d’établir que la rentrée s’est déroulée sans incident et que la reprise des cours est effective sur l’ensemble du territoire national. Une attention particulière devra tout de même être accordée à la résolution des problèmes de livraison du paquet minimum par certaines Collectivités Territoriales Décentralisées ; d’accroissement des effectifs scolaires dans les camps des réfugiés et déplacés et d’amélioration du taux de présence des élèves en zones rurales.
Relativement au manuel scolaire, le ministre de l’Education de base a précisé que la politique nationale des manuels scolaires et des matériels didactiques a été validée en 2012, au cours d’un forum national regroupant tous les acteurs concernés. Les orientations stratégiques qui sous-tendent cette politique sont la promotion des auteurs nationaux ; l’affirmation de la liberté de rédaction et d’édition ; l’assurance de la disponibilité et de l’accessibilité des manuels didactiques sur l’ensemble du territoire national ; le développement d’une édition locale de qualité à travers la mise en place des instances de formation aux métiers du manuel scolaire. Au demeurant, les principaux défis à relever dans ce secteur d’activités fortement libéralisé portent notamment sur le coût du manuel scolaire qui demeure très élevé ; la sélection des manuels dont la durée de vie dans les programmes scolaires est de trois ans ; la production, l’impression et la distribution des manuels. 
Intervenant à son tour, le ministre des Enseignements secondaires a confirmé le bon déroulement de la rentrée scolaire 2016-2017 dans son domaine de compétence, qui se traduit par la présence à leurs postes de travail respectifs des personnels administratifs et des enseignants dans leur grande majorité ; l’importante mobilisation des élèves, en particulier dans les zones urbaines, et la dispensation effective des cours. Afin de garantir une année scolaire réussie, des mesures d’encadrement ont été édictées au rang desquelles figurent le respect des quotas horaires par les responsables administratifs au sein des établissements scolaires ; le renforcement de la collaboration avec les associations des parents d’élèves ; la rallonge de la date de paiement des frais exigibles jusqu’au 31 octobre 2016 et l’application des mesures de souplesse au profit des élèves réfugiés.
Evoquant la politique du manuel scolaire au Cameroun, le ministre a indiqué que sa gestion est réglementée par l’arrêté N° 001/PM/CAB du 04 janvier 2002 portant création, organisation et fonctionnement du Conseil national d’agrément des manuels scolaires et des matériels didactiques. Il a souligné que le changement régulier des manuels scolaires est contraire à la réglementation en vigueur, et que de tels manquements restent marginaux. Toutefois, des missions de contrôle seront déployées dans les établissements scolaires à l’effet de s’assurer de la qualité des manuels utilisés et de leur conformité aux listes officielles. 
Enfin, le ministre des Enseignements secondaires a préconisé la réduction des coûts des manuels scolaires par l’instauration d’un livre unique par socle de compétences ou groupes disciplinaires, le relèvement de la durée de vie du manuel scolaire de 3 à 5 ans, l’achat des copyrights par l’Etat à l’effet d’atténuer les effets de la libéralisation de ce secteur d’activités. 
Au terme du débat qui a suivi ces exposés, le Premier ministre a demandé au ministre de l’Enseignement supérieur de veiller à une utilisation optimale des Technologies de l’Information et de la Communication, comme solution alternative au déficit infrastructurel et structurel des Universités. Aux ministres en charge de l’Education de base et des Enseignements secondaires, le chef du gouvernement a instruit le respect du calendrier scolaire et la couverture effective des programmes d’enseignement validés. Relativement à la politique nationale du livre, il a prescrit la stabilisation des manuels inscrits aux programmes scolaires et le fonctionnement optimal du Conseil national d’agrément des manuels scolaires et matériels didactiques.
Le conseil s’est achevé à 11h45 mn.

Yaoundé, le 29 septembre 2016
Le secrétaire général des Services du Premier ministre,
(é) Séraphin Magloire FOUDA
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie