Ngaoundéré: la pause du côté… jardin

Pour se refaire les idées à la mi-journée, le pas des jardins publics est vite franchi par la gente féminine de Ngaoundéré.
 
Les douze coups de midi sonnent pour Raïssa E, Nadine M. et Khadidja N. comme un appel de droit, chaque jour ouvrable de la semaine. Encore que tout à côté de leurs lieux de travail au centre commercial de Ngaoundéré, les cloches de la Cathédrale Notre Dame des Apôtres le leur rappellent, même plongées dans les dossiers de la mi-journée. Cadres dans une entreprise de la place, les jeunes dames ne perdent pas de temps pour rejoindre d’autres à leurs lieux privilégiés. Elles ont pour cela un panel de choix bien étoffé. Au point de changer d’air chaque jour de la semaine. 
« Les deux premiers jours de la semaine, c’est au Jardin de la cathédrale Notre-Dame des Apôtres que nous préférons prendre notre déjeuner. Les trois autres jours ouvrables nous les passons au Bois de Mardok. Ici, nous profitons du buffet qui est servi à temps », nous détaille Raïssa E, l’une des membres du « club ». Du coup, l’idée de ces jeunes dames semble faire le buzz auprès de la gent féminine de la ville. Désormais, les week-ends, il n’y a plus de place pour les retardataires. Les places assises étant en nombre insuffisant pour contenir le beau monde qui raffole déjà de ces lieux de convivialité. 
Mais l’attrait majeur pour ces jardins publics de la ville s’explique par l’environnement des lieux. « Le parfum naturel des fleurs et la communion sympathique avec la nature », relève Nadine M. « Le romantisme et l’évasion nécessaires pour libérer la tête afin de mieux replonger dans les dossiers pour le reste de la journée », ajoute Khadidja M. « L’envie d’être dans notre monde pour discuter entres copines des choses de femmes », termine Raïssa E, la troisième de la bande. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie