Prix littéraires: Goncourt, Renaudot et Femina connus !

Eric Vuillard, Olivier Guez et Philippe Jaenada, sont les lauréats respectifs de ces trois récompenses décernées cette semaine.

 

L’Allemagne nazie au cœur des prix Goncourt et Renaudot 2017. Le premier, le prix Goncourt, a été décerné le 6 novembre dernier à l’écrivain français, Eric Vuillard pour son roman « L’ordre du jour », publié chez Actes Sud. Sorti en mai dernier, le roman historique « L’ordre du jour » est un récit retraçant l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Il raconte également l’Anschluss (l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938) et scrute la puissante alliance conclue entre les industriels allemands et la machine de guerre nazie.  Le prix Goncourt, récompensant des auteurs d’expression française, est un propulseur de ventes pour les auteurs auréolés. Un roman primé s’écoule, selon les cas, de 200 000 à 500 000 exemplaires.
Le prix Renaudot (créé en 1926 par dix journalistes et critiques littéraires) a été attribué à un autre écrivain français, Olivier Guez, pour « La disparition de Josef Mengele ». Ce livre revient sur la fuite en Amérique du Sud du « médecin » nazi d’Auschwitz après la fin de la seconde guerre mondiale. Jamais jugé pour ses crimes, Josef Mengele a réussi à passer entre les mailles de la justice internationale pendant plus de trois ans, avant de mourir noyé en 1979.
Autre sacre littéraire remis mercredi dernier, le prix Femina. Le jury a élu Philippe Jaenada pour « La Serpe » publié chez Julliard. « Ce livre sombre et empli de compassion » revient sur l’affaire Henri Girard, un auteur accusé en 1941du triple meurtre, de son père, sa tante et la bonne de la maison, massacrés à coups de serpe. Le Femina étranger a été attribué à l’Américain John Edgar Wideman avec « Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till ». Le Femina essai est revenu à Jean-Luc Coatalem pour « Mes pas vont ailleurs ».
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie