Le retour des goyaves

Les goyaves ont fait leur rentrée. Leur vert colore certains coins de la capitale et même les marchés comme ceux du Mfoundi à Yaoundé. Nombreux sont les commerçants ambulants qui proposent ces fruits sur leurs porte-tout à l’entrée de stations-services. Bertrand Mengue, la trentaine est l’un d’entre eux. Le revendeur s’est posé au lieu-dit « Bastos Nylon » où il espère drainer le maximum de clients. « J’espère voir mes bénéfices doubler avec la rentrée des classes, car les premiers consommateurs de goyaves sont les élèves au sortir des classes. » Depuis le mois de juillet où la saison des goyaves a pointé son nez, le revendeur s’est spécialisé dans la vente de ces fruits. 
Pour ce faire, il a mis une pause au commerce de pastèques, ananas et papayes qu’il tient le reste de l’année. Même si, pour l’heure, il affirme ne pas vraiment trouver son bonheur. « Ce n’est pas facile d’écouler un sac de goyaves en quelques jours. Je me retrouve toujours avec des invendus, raison pour laquelle je préfère sélectionner ces fruits lorsqu’ils ne sont pas encore mûrs », explique-t-il. En effet, le fruit est proposé entre 50 F, 75 F et 100 F selon sa grosseur. Bertrand Mengue dit se ravitailler au lieu-dit « Flamenco » où il obtient un cageot de 50 kg, tout droit venu des plantations de l’Ouest Cameroun, principalement des Bamboutos et du Noun environ, au prix de 4000 F. Ce n’est qu’après avoir écoulé son stock qu’il peut se retrouver avec un bénéfice de 5000 F. 
Il existe plus de 150 variétés de goyaves mais les plus récurrentes au Cameroun sont celles en forme de poire ou celles en forme de tisse. Le fruit, réputé pour sa teneur en vitamine C, peut être consommé sous forme de jus ou de confiture. Sa saison devrait courir jusqu’au mois de décembre.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie