RDC : vivement le calendrier électoral

 La mise sur pied d’un calendrier électoral consensuel  en République démocratique du Congo s’avère indispensable pour sortir le dialogue national de l’impasse,   éclaircir l’horizon politique et  barrer la voie aux violences. Cette nécessité est d’autant plus impérieuse que le  nouveau calendrier proposé aux délégués réunis à Kinshasa par la Commission électorale nationale indépendante suscite encore des remous puisqu’il programme l’élection présidentielle en  2018.
 Même si le chef de la frange de l’opposition présente au dialogue national, Vital Kamerhe, accepte ce report, l’aile radicale regroupée sous la bannière du Rassemblement des forces acquises au changement y est opposée. Dirigée par le leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social, Etienne Tshisekedi, l’aile dure de l’opposition voit en ce glissement du calendrier électoral une tentative du président de la République, Joseph Kabila, de se maintenir au pouvoir au-delà  du 19 décembre 2016, date de l’expiration de son second mandat à la tête de l’Etat. Campant sur sa position, l’opposition radicale a évité de participer au dialogue national. Plus grave, de nouvelles violences sont survenues le 19 septembre dernier dans le sillage des revendications liées au respect de l’expiration de ce mandat. Ces violences se sont soldées par 17 morts et d’importants dégâts matériels parmi  lesquels  l’incendie des sièges de quelques partis de la majorité présidentielle et de l’opposition. Ces violences ont tellement affecté le pays que le représentant de la Conférence épiscopale nationale congolaise au dialogue national s’y est retiré. De même, le facilitateur désigné par l’Union africaine, Edem Kodjo , a dû déployer des trésors de diplomatie afin que le dialogue entamé le 1er septembre dernier,  reprenne le 1er octobre .
On sait que la majorité présidentielle et  l’opposition modérée  se sont mises d’accord pour que la présidentielle soit couplée aux élections législatives et provinciales. On sait également que le dialogue national  a vocation à baliser la voie pour des élections apaisées, crédibles et transparentes. De ce point de vue, il appartient aux participants d’atteindre cet objectif  pour dénouer la crise politique qui couve depuis plusieurs mois.       
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie