Etoa: les élèves à la merci des intempéries

Depuis quelques années maintenant, la pluie a emporté la toiture de plusieurs salles de classes.

Ecole publique d’Etoa, dans la zone rurale de l’arrondissement de Yaoundé III. Quelques semaines après la rentrée scolaire 2016-2017, des parents se bousculent encore chez la directrice pour trouver une place à leurs enfants. Bien que les bâtiments qui accueillent cet établissement scolaire ne paient pas de mine. « Nous sommes au village et c’est la seule offre que mes moyens me permettent », lance un parent rencontré sur les lieux. En effet, l’état de délabrement dans lequel se trouve cette école publique créée en 1986 est de nature à en décourager beaucoup. L’âge et les intempéries ont emporté les toitures, les portes et les fenêtres. De nombreux tables-bancs ont également subi les ravages du temps.
Et la situation ne date pas d’hier. Selon Françoise Zo’o, directrice de l’école depuis six ans, l’établissement était déjà ainsi à son arrivée. « C’est difficile d’enseigner, surtout en saison de pluie. Quand il pleut, nous regroupons les enfants dans le coin de la classe qui coule le moins pour qu’ils ne soient pas mouillés », raconte Mme Zo’o. Et de poursuivre qu’étant un sous-centre de composition du CEP, l’école a souvent loué les locaux d’un établissement voisin tenir ses engagements. « Je fais appel aux autres écoles dont les candidats doivent composer ici et on se cotise pour payer », affirme la directrice.
L’autre souci de cette école est qu’elle est obligée de partager ses bâtiments déjà vétustes avec l’école maternelle. « Créée il y a 10 ans, elle n’a pas encore de locaux. Nous ne pouvons pas laisser les tout-petits dehors », souligne la directrice de l’école primaire. Mais l’enseignante qui cumule 28 ans de métier ne désespère pas. « Nous avons déjà déposé plusieurs requêtes auprès de notre hiérarchie. Nous sommes allés voir le député et le maire pour leur poser notre problème et attendons la suite, affirme Françoise Zo’o. D’ailleurs selon la directrice, l’apport de certains parents a permis de couvrir quelques salles de classe pour cette année, ce qui permet de caser les plus de 300 enfants de l’école, avec sept enseignants.  
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie