Union africaine-Union européenne: les engagements d’Abidjan

 Avec le 5e sommet qui s’est achevé hier en Côte d’Ivoire, en présence du président Paul Biya, les deux communautés ont déclaré vouloir ouvrir une nouvelle page de leur coopération.

Le président de la République, Paul Biya a quitté Abidjan hier après-midi, peu après 16h. Le chef de l’Etat, qu’accompagne la première dame, Chantal Biya a été salué à son départ à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, par Daniel Kablan Duncan, le vice-président ivoirien.

Fin d’un séjour remarqué dans la capitale économique ivoirienne, où s’est achevé quelques heures plus tôt, le 5e sommet Union africaine-Union européenne.

Le Cameroun, à travers son chef et d’autres membres de la délégation officielle, a pris une part très active aux diverses discussions autour du thème du sommet : « Investir dans la jeunesse pour un développement durable ».

Les travaux co-modérés par le président en exercice de la conférence des chefs d’Etat de l’Union africaine, le président guinéen Alpha Condé, et par le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, ont débouché sur deux Déclarations.

Une Déclaration générale, et une Déclaration sur la Libye, dont le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat a bien indiqué qu’elle a été élaborée avec la collaboration de l’Organisation des Nations unies et des autorités libyennes.

Les textes de ces déclarations n’étaient pas rendus publics au moment où nous mettions sous presse. Néanmoins, la cérémonie de clôture du sommet a permis à divers acteurs d’en résumer le contenu.

Ainsi, la Déclaration générale porte les nouveaux engagements mutuels des deux communautés en faveur de la jeunesse. Alassane Ouattara, le président hôte du sommet a indiqué qu’après avoir écouté les jeunes avant et au cours des travaux, il s’était dégagé une convergence de vues entre leurs aspirations et la nouvelle vision des dirigeants.

Il s’agit concrètement d’intensifier les efforts pour la mise à disposition d’une éducation de qualité, avec un accent particulier sur la jeune fille ; de promouvoir les formations dans les domaines porteurs (technologie, économie numérique).

Mais aussi de préserver la paix et la sécurité, le climat. Bref, réaliser des investissements susceptibles d’accélérer la croissance durable, seule créatrice d’emplois.

La transformation locale est notamment présentée comme un objectif prioritaire. Petite phrase du président Alpha Condé : « Nous ne voulons plus que l’Afrique soit le continent pourvoyeur de matières premières, et marché des produits finis… » A en croire les modérateurs, les échanges ont été francs à Abidjan : « Il ne s’agit plus d’aide ou d’assistance mais d’intérêts mutuels pour nos économies et nos populations », souligne encore le président en exercice de l’UA.

En ce qui concerne la situation en Libye, Alpha Condé a fait savoir qu’un certain nombre d’actions sont envisagées : évacuation immédiate des migrants encore détenus, mise en place d’une commission pour enquêter et établir les responsabilités, poursuite des trafiquants, mise en place de forces spéciales pour combattre les trafiquants d’êtres humains, saisie des comptes bancaires des trafiquants.

A Abidjan ces deux derniers jours, il y avait de la détermination et de la foi dans les discours. C’est de bon augure pour la mise en œuvre de la volonté affichée de coopérer autrement au sortir de ce sommet.

On attend donc plus que jamais du concret. En tout cas, on peut compter sur la pression des jeunes pour voir  se matérialiser toutes les bonnes intentions du sommet d’Abidjan.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category