Pêche dans le golfe de Guinée: une autre page s’ouvre

Des documents importants pour le fonctionnement de  la commission régionale ont été adoptés au cours du Conseil des ministres qui s’est achevé vendredi  à Yaoundé.

En bonne place de l’ordre du jour de la neuvième session du Conseil des ministres de la Commission régionale des pêches du golfe de Guinée (Corep), figurait l’adoption de son deuxième plan d’action stratégique.  Les experts présentent le document comme une boussole devant guider la gestion de l’institution jusqu’en 2020. D’autres textes sont passés comme une lettre à la poste : le manuel de procédures des opérations budgétaires, le statut du personnel du secrétariat exécutif, le règlement intérieur du Conseil des ministres, le plan de lutte contre la pêche illicite, etc. Au moment de se séparer à l’issue de deux jours de travaux, les participants se félicitaient de cette autre étape franchie par l’institution qui dispose désormais d’un cadre juridique et des outils de gestion budgétaire et comptables conformes aux textes de la convention. Avec cette avancée, il y a des opportunités à saisir. La FAO, par la bouche de Lionel Kinadjian, chargé des pêches et de l’aquaculture au Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale, évoque deux programmes pouvant intéresser la Corep qui vise à soutenir la gestion des pêches en rapport avec les impacts climatiques et la pollution qui démarre en janvier prochain pour une durée de cinq ans avec une cagnotte de 43,7 millions de dollars. L’autre programme initié par la FAO concerne la lutte contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée, où la préférence sera accordée aux Etats qui démontrent un engagement politique pour lutter contre c fléau.
Le Cameroun qui prend les rênes du Conseil pour les deux prochaines années, aura fort à faire. La nouvelle présidence devra convaincre les Etatsmembres pour mobiliser à temps les ressources multiformes nécessaires au fonctionnement du Corep. Le Cameroun devra user de sa diplomatie pour élargir l’adhésion à l’ensemble des pays de la CEEAC. Le Dr. Taïga, ministre camerounais de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, a promis de tout faire pour réussir son mandat. Il commence sa présidence par un acte fort : il a instruit le secrétariat exécutif de recruter un auditeur pour proposer des schémas de recrutement et de  grille salariale au secrétariat exécutif. La date et le lieu de la dixième session du Conseil des ministres du Corep seront communiqués par voie diplomatique.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie