Le Tchad sollicite le soutien du Cameroun pour la Présidence de la Commission de l’Union africaine

C’est l’objet de l’audience accordée mardi par Philemen Yang au Premier ministre Tchadien, au nom du chef de l’Etat.

Le Premier ministre du Tchad, Albert Pahimi Padacke, a été reçu mardi en audience par Philemon Yang, au nom du chef de l’Etat. L’émissaire du président Idriss Deby Itno, au sortir de l’entrevue, n’a pas fait mystère du message porté à l’attention du président de la République camerounaise, par l’entremise du Premier ministre, chef du gouvernement. En effet, le Tchad a présenté la candidature de son ministre des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahama, à la présidence de la Commission de l’Union africaine. L’élection aura lieu lors du prochain sommet de l’UA à Addis-Abeba en Ethiopie en janvier 2017. Et pour le Premier ministre tchadien, « le président Idriss Deby Itno estime que cette candidature ne pourrait pas être celle du Tchad uniquement. Elle est également celle du Cameroun, de l’Afrique centrale et de la CEEAC (Commission économique des Etats de l’Afrique centrale : Ndlr) ». A ce titre, confie Albert Pahimi Padacke, le président tchadien a voulu « s’ouvrir prioritairement à son frère Paul Biya ».
Dans cette dynamique de concertation permanente entre les deux chefs d’Etat, Philemon Yang et son homologue tchadien ont également revisité les grands axes de la coopération bilatérale. Le Premier ministre tchadien s’est, par exemple, prononcé sur l’évolution du projet de chemin de fer entre les deux pays. « Un sujet capital et essentiel pour le développement économique », dont les études avancent, à en croire Albert Pahimi Padacke. Par ailleurs, les deux pays accélèrent l’interconnexion en matière d’énergie, au regard du potentiel du Cameroun. De ce côté, s’est satisfait le Premier ministre tchadien, les deux Etats sont en phase. Tout comme ils partagent la même vision et la même détermination dans la lutte contre Boko Haram, ennemi commun. Victimes de cette menace, le Tchad et le Cameroun ont accentué la coopération militaire pour anéantir cette nébuleuse. « Nos forces de défense et de sécurité, de part et d’autre de la frontière, mutualisent leurs énergies pour assurer la stabilité de nos deux pays et la quiétude des populations », a noté Albert Pahimi Padacke.   
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie