Gaz domestique: ça s’améliore

Les points de vente sont mieux ravitaillés et les consommateurs soulagés après la reprise de l’enfûtage des bouteilles SCTM.

Les utilisateurs des bouteilles de gaz de marque SCTM retrouvent progressivement la sérénité après la reprise, le 3 octobre 2016, de l’enfûtage au niveau de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) à Yaoundé.  Jeudi dernier, Malloum Bra, chef des dépôts, déclarait lors de la descente sur le site du ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, qu’ « il y en a assez pour tout le monde. Le produit est disponible en grande quantité. C’est juste qu’avec la reprise de service, la SCTM qui détient quand même 40% des parts du marché est particulièrement demandeuse. Depuis lundi (Ndlr : 3 octobre), elle enlève en moyenne 2 000 bouteilles de 12,5 kg par jour. 2000 autres arrivent quotidiennement du centre d’enfûtage de Douala, pour un total de 4 000 bouteilles SCTM, largement suffisant pour satisfaire la demande de Yaoundé et ses environs », expliquait-il.                                                                              Aujourd’hui, ces 4000 bouteilles additionnelles remplies du précieux combustible soulagent indéniablement les ménages. La durée d’utilisation d’une bouteille étant d’environ une dizaine de jours, on peut parier que les 4 000 bouteilles livrées au quotidien dans la capitale et ses environs sont acquises par des ménages différents. Ce qui améliore automatiquement  le taux de couverture des personnes qui sont dans le besoin. C’est dire que progressivement, ce qui ressemblait à une pénurie de gaz notamment en ce qui concerne la marque SCTM, leader du marché, va inéluctablement disparaître. Et l’embellie ne sera pas de courte durée, puisque des mesures ont été prises pour résoudre durablement le problème de fond qui touchait cette marque en particulier. C’est le lieu de rappeler, comme l’a clairement indiqué le ministre du Commerce, que sa « descente à la SCDP est le prolongement de l’accord signé le 3 octobre dernier sous l’égide du gouvernement, par la SCTM, l’importateur Tradex et la Commercial Bank of Cameroon (CBC), pour une reprise normale de l’approvisionnement ». Concrètement, par cet accord, la CBC s’engage à éponger 50% des quatre milliards de dette de la SCTM vis-à-vis de Tradex. Le reste sera apporté sous forme de moratoire qui va s’étendre sur une période de 36 à 48 mois.  Comme on le voit, les consommateurs n’ont  plus besoin de faire des sit-in devant les points de vente pour avoir du gaz SCTM.                                                                                                 Parallèlement à l’intervention du gouvernement qui a abouti à la résolution définitive du problème qui se posait avec la marque SCTM, les services compétents du ministère du Commerce sont présents sur le terrain, dans les dix régions, pour traquer les commerçants véreux qui constituent des stocks spéculatifs en vue de faire grimper les prix pendant les fêtes de fin d’année qui arrivent. En outre, ceux qui augmentent illégalement les prix ou qui se livrent au siphonnage des bouteilles pour diminuer les quantités et gagner plus d’argent sont également traqués sans répit. Comme en témoigne la saisie, samedi dernier au quartier Kondengui à Yaoundé,  de 435 bouteilles de gaz siphonnées. Les fraudeurs n’ont qu’à bien se tenir.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie