La planification des naissances après accouchement prend racine

Le secrétaire d’Etat à la Santé publique chargé de la lutte contre les Epidémies et les Pendemie a présidé la cérémonie de présentation des résultats du projet E2A jeudi, à Yaoundé.

 

La région du centre a bénéficié depuis septembre 2016, du projet pilote « Evidence to Action ». Il s’agit d’un outil de planification familiale qui a permis d’encadrer12 598 femmes après accouchement. Les résultats de ce projet ont été présentés devant le secrétaire d’Etat à la Santé publique chargé de la lutte contre les Epidémies et les Pandémie, Alim Hayatou. Il a indiqué devant la presse le jeudi, 6 octobre 2016que « Le projet pilote Evidence to action a permis d’améliorer la prévalence contraceptive et par conséquent la santé de la mère et de l’enfant dans plus de 40 pays ».

Depuis le lancement de ceprojet pilote dans quatre grandes formations  sanitaires de Yaoundé (hôpital de gynécologie, d’obstétrique et de pédiatrie de Yaoundé, hôpital central de Yaoundé, hôpital de district de la Cité-verte et de Biyem Assi), 66 prestataires de services de soins prénatals ont été formés, 12 598 femmes ont reçu des informations er des conseils sur la planification familiale, parmi lesquelles 6 350 ont accepté un contraceptif lors des interventions financées par le programme et 4 027 femmes ont accepté un contraceptif immédiatement après l’accouchement.

Placée sous le thème« E2A pour le renforcement de la planification familiale du post-partum auprès des jeunes au Cameroun », l’initiative a pour but d’augmenter la prévalence contraceptive, tout en rappelant que l’objectif n’est pas de limiter les naissances, mais de les espacer pour laisser le temps à la femme de se reconstituer. Cette phase pilote qui s’achève en ce jour consistait à « voir l’acceptabilité de la femme de camerounaise, la faisabilité et la formation des prestataires dans cette nouvelle technologie », selon Pr. Mbu Robinson, directeur de la Santé familiale au Minsanté. C’est dans cette perspective que le Ministère de la santé, accompagné de ses partenaires techniques et financiers est entrain de repositionner la planification familialeet mettre en œuvre la planification et la gestion des intrants contraceptifs, le renforcement de capacités du personnel en technologie contraceptive et le suivi intégré de la santé de la reproduction, afin que toutes les populations camerounaises puissent en profiter.

Lydie AZO’O

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie