Joseph-Marie Bipoun-Woum: ledroit constitutionnel, il connaît

 Professeur émérite des universités, le promu était jusqu’à hier soir président de la Chambre d’arbitrage et de conciliation auprès du Comité national olympique et sportif du Cameroun.

« Je ne sais ce qu’il faut vous dire. Je suis dans l’euphorie là. Je suis en pleine soutenance de thèse ». C’est de  l’université de Yaoundé II-Soa que la nouvelle lui est parvenue. Joseph-Marie Bipoun-Woum ne pouvait s’extirper du jury de soutenance, mais il n’a pu contenir son émotion.

C’est que ce professeur émérite des universités du Cameroun, ancien doyen de la faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II et ancien ministre, ne s’y attendait certainement pas. Il y a moins d’un mois, le 10 janvier 2018, il était nommé président de la Chambre d’arbitrage et de conciliation auprès du Comité national olympique et sportif du Cameroun.

Hier, le président de la République, Paul Biya, l’a nommé par décret membre du Conseil constitutionnel du Cameroun, pour un mandat de six ans, renouvelable.

Cet ancien ministre Entré au gouvernement en 1992, Joseph-Marie Bipoun-Woum était en charge de la Culture, avant d’aller au ministère des Sports et de l’Education physique en 1994, pour deux ans. I

l retourne à l’enseignement deux ans plus tard pour enseigner le droit constitutionnel et le droit international. En 2008, il est devenu membre de la Chambre d’arbitrage de la Cour internationale de justice de La Haye aux Pays-Bas pour un mandat de six ans.

 

 

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie