Enseignement supérieur: comment tirer profit des réseaux sociaux ?

Le cadre de concertation permanente Minesupenseignants s’est penché sur la question hier à Yaoundé

Ce sont les outils de communication de l’heure : Facebook, WhatsApp, Twitter, Instagram… Mais à coté des avantages qu’offrent les réseaux sociaux en termes d’instantanéité, il y a bien évidemment du mauvais. Comme pour dire que chaque médaille a un revers.

Et en cette année où le président de la République, Paul Biya, a donné un coup d’accélérateur à la numérisation de l’enseignement supérieur à travers le concept un étudiant-un ordinateur, le ministère de l’Enseignement supérieur veut aider les jeunes camerounais à tirer avantage non seulement de leurs 500 000 ordinateurs, mais aussi de ces réseaux sociaux.

C’est sans doute dans cette logique que la 17e session du cadre de concertation permanente Minesup-enseignants tenu hier à l’Ecole nationale supérieure polytechnique de Yaoundé, a été axée sur le thème : « Implication des réseaux sociaux dans le numérique éducatif au sein des universités camerounaises. »

D’après le Pr. Joseph Lebel Tamesse, chef de la division de la promotion du dialogue et de la solidarité universitaire et coordonnateur technique des assises, « les réseaux sociaux constituent aujourd’hui une actualité pressante dans la vie de tous les jours. Sur les 7,5 milliards d’habitants de la planète, environ trois utilisent les réseaux sociaux.

Et nous pensons que cette utilisation devrait être détournée au profit de l’enseignement supérieur. » Mais dans ce monde virtuel, des étudiants pourraient s’égarer et tomber sous le coup de la manipulation, des « Fakenews » véhiculés tous les jours dans ces canaux de communication.

Un encadrement est ainsi selon lui, indispensable. « Nous souhaitons qu’au cours de ces assises, un protocole d’enseignement soit adopté. Il est question de montrer aux enseignants comment communiquer via les réseaux sociaux », a expliqué le Pr. Tamasse.

Les travaux ont été ouverts par le Pr. Wilfried Gabsa, Secrétaire général par intérim du Minesup, au nom du Pr. Jacques Fame Ndongo empêché. A l’occasion, il a appelé les enseignants des universités à développer chez les étudiants, les compétences applicables à des situations en pleine évolution, afin qu’ils manient les réseaux sociaux avec précaution.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category