Droits de l’Homme: l’avis de la société civile compte

La journée de consultation de ces acteurs en vue de l’élaboration du 4e rapport périodique du Cameroun pour les Nations unies s’est tenue hier à Yaoundé.

Ce que pensent les membres des Organisations de la société civile (OSC) de la situation des droits de l’Homme est fondamental dans le processus visant l’amélioration des conditions de vie au Cameroun.  C’est le sens donné hier à Yaoundé, à l’ouverture de la journée de consultation des OSC, en vue de l’élaboration du 4e rapport périodique du Cameroun au Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies (Comité DESC). L’initiative de la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés (CNDHL), était placée sous l’égide de son vice-président, le Pr. James Mouangue Kobila.
En allant au fait, le Pr. Kobila révèle que 80% des violations des droits de l’Homme dans le monde concernent les DESC. C’est-à-dire le difficile accès à un logement décent ou à des soins de santé, à la santé ou à l’énergie, l’insuffisance des infrastructures de transport, entre autres. Ainsi, bien qu’étant une recommandation des Nations unies d’impliquer les OSC à l’élaboration dudit rapport, il est question d’améliorer son contenu. Connaissant donc la proximité de ces organisations auprès des couches sociales diversifiées, il paraît évident que l’enrichissement du rapport sera certain. A ce titre, le vice-président de la CNDHL a appelé les acteurs de la Société civile dont l’intérêt pour les questions des droits de l’Homme est constant, à apporter des contributions significatives et constructives, pour la conception d’un document complet et utile. Car, il est attendu d’eux une appréciation critique du rapport, afin de s’assurer de la pertinence des informations qu’il contient. Ceci avant sa finalisation et sa soumission aux Nations unies par l’Etat du Cameroun en décembre prochain.
Le Comité DESC est un organe institué pour superviser l’application du Pacte international des Nations unies relatif aux DESC. Il a été adopté le 16 décembre 1966 et ratifié par le Cameroun en 2002. Cette instance reçoit le rapport des pays-membres tous les quatre ans.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie