Prévention des crises en Afrique: la responsabilité du citoyen

Le sujet est au centre de la 5e session régionale de l’Ecole citoyenne et politique de Yaoundé qui s’ouvre lundi à l’ENAM.

Réfléchir sur les mécanismes de prévention et de gestion des crises et conflits, puis, sur les conditions de la construction d’une paix durable en Afrique. Tel est l’objectif majeur de la cinquième session régionale de l’Ecole citoyenne et politique de Yaoundé (ECPY) qui s’ouvre lundi en mi-journée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Les assises qui se tiennent jusqu’au 20 octobre prochain ont pour thème : « Citoyenneté et prévention des crises et conflits en Afrique ». Elles sont organisées par l’ONG dénommée ECPY, avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Y prennent part, des auditeurs, experts, universitaires et praticiens venus des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest.                                                                                                                                                                 La cérémonie solennelle d’ouverture de cette rencontre d’échanges sera marquée par plusieurs temps forts : la leçon inaugurale que va délivrer le directeur scientifique de la session, le Pr Nadine Machikou, sur la « prévention des crises/conflits et la responsabilité du citoyen » ; la présentation de l’ouvrage collectif de l’ECPY intitulé « Citoyenneté et pouvoir politique en Afrique centrale », Paris, l’Harmattan, 2016, par le Pr Jean Emmanuel Pondi, coordonnateur du Conseil scientifique de l’ECPY ; la note critique de l’ouvrage par le Pr Laurent-Charles Boyomo Assala,  suivie de la dédicace de l’ouvrage par son coordonnateur.                                        Après la cérémonie d’ouverture, il est prévu à 16h la pose de la première pierre du Centre de recherche et d’information documentaire Geoffrey Alain Dieudonné (fonctionnaire belge en service au Parlement de la Fédération de la Wallonie-Bruxelles et grand artisan du dialogue interculturel et de la paix, qui a trouvé la mort lors de la prise d’otages de Bamako au Mali le 20 novembre 2015). Il est question de commémorer sa mémoire en lui dédiant ce Centre.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie