Reflet de la diversité camerounaise

Commentaire

L’une des caractéristiques du réaménagement gouvernemental intervenu vendredi dernier est son visage diversifié. Dans son souci constant d’associer toutes les composantes sociologiques à la gestion des affaires publiques du pays, le chef de l’Etat a opéré un savant dosage qui tient à la fois compte de toutes les générations, du genre et des origines géographiques.

Comme on peut le constater, à travers cette redistribution des cartes, le chef de l’Etat opère subtilement un renouvellement générationnel de la classe dirigeante du pays.

L’arrivée d’Etoga Galax Yves Landry à la tête du très important et sensible Secrétariat d’Etat auprès du ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie nationale est un cinglant démenti que le chef de l’Etat entend apporter à ceux qui pensent que les jeunes n’ont pas voix au chapitre dans le système actuel.

Agé de 43 ans, le nouveau patron de la gendarmerie est appelé à coordonner un secteur stratégique dédié aux questions de sécurité. Le nouveau Sed n’aura pas d’état de grâce d’autant que les nouvelles menaces sécuritaires sont prégnantes. Le « nouveau front » qui s’est ouvert dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest appelle à une revue des stratégies du déploiement des forces de défense et de sécurité sur le terrain afin de ramener la paix et le calme dans ces régions.

A ce diplomate, sorti du moule du secrétariat général de la présidence de la République, de confirmer le bien que le chef de l’Etat pense de ses jeunes compatriotes. La cure de fraîcheur se lit également à travers la nomination d’Oswald Baboke comme directeuradjoint du Cabinet civil de la présidence de la République. A 47 ans, ce diplomate formé à l’Iric a fait l’essentiel de ses classes au Cabinet civil.

Il va capitaliser son expérience au Palais et surtout sa jeunesse pour appuyer le nouveau directeur du Cabinet civil. L’autre fait majeur de l’acte présidentiel de vendredi dernier est la préoccupation constante du chef de l’Etat d’associer les Camerounais de toutes origines à la gestion des affaires publiques. Paul Biya vient ainsi de confier des fonctions de grande importance à des « serviteurs » originaires des régions d’expression anglaise.

A la présidence de la République, Elung Paul Che hérite du prestigieux poste de Secrétaire général adjoint de la présidence de la République. Cheville ouvrière de la présidence de la République, le Secrétariat général assiste le président de la République dans la formulation des choix stratégiques de sa vision politique et s’attèle à mettre à sa disposition une information régulière et complète sur l’action du gouvernement et sur la situation du pays. Dans la même veine, le président de la République a confié les rênes de deux importants départements ministériels à de hautes personnalités originaires de ces régions.

La nomination de Paul Atanga Nji à la tête d’un ministère de souveraineté comme l’Administration territoriale est un message que Paul Biya envoie ainsi à une certaine opinion publique qui pense que les Camerounais originaires de ces régions sont confinés à des positions de seconde zone.

Au regard de la fidélité et la loyauté qu’il a toujours affichées à l’égard des institutions de la République et de celui qui les incarne, il va sans dire que le chef de l’Etat confie à des mains sûres ce département en charge, entre autres, de l'organisation et du fonctionnement des circonscriptions administratives, de la préparation et de l'application des lois et règlements relatifs aux libertés publiques.

Au regard de la reconfiguration des missions de ce ministère, ce natif du Nord-Ouest, l’un des épicentres de la fronde séparatiste, devra ainsi recadrer l’action des autorités administratives au moment où le pays fait face à de graves menaces sécuritaires. Originaire du Sud-Ouest, Nalova Lyonga Pauline Egbe hérite du non moins important ministère des Enseignements secondaires.

La nomination de cette universitaire chevronnée à la tête de ce grand département ministériel traduit, en acte concret, la politique de promotion de la femme camerounaise qui caractérise le Renouveau depuis 1982. L’ancienne vice-chancellor de l’Université de Buea arrive surtout à un moment où le gouvernement prépare le Forum national de l’éducation instruit par le chef de l’Etat pour répondre aux attentes des acteurs de deux soussystèmes éducatifs anglophone et francophone

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie