Journée internationale de la femme: une démonstration d’unité

 La première dame, Chantal Biya, a présidé hier à Yaoundé l’imposant défilé auquel des milliers de femmes prenaient part.

Combien étaient-elles hier à marcher sur le boulevard du 20 mai à Yaoundé ? Nul ne saurait le dire. Du nord de la capitale au sud, en passant par l’est, l’ouest et les environs, la gent féminine semble s’être passé le mot pour participer massivement au traditionnel défilé clôturant la semaine d’activités relative à la journée internationale à elles dédiées.

Des ménagères aux hauts cadres d’entreprise ou d’administration centrale, en passant par les « bayam-sellam », employées de bureau et autres opératrices économiques, les Camerounaises ont pris d’assaut le site dès les premières heures de la matinée. A leurs côtés, des Centrafricaines, Gabonaises, Chinoises, Américaines, Françaises…

Tout a véritablement commencé aux alentours de 11h30, avec l’arrivée de l’épouse du chef de l’Etat, Mme Chantal Biya. Après la remise du bouquet de fleurs, ce sont des tribunes en effervescence qui accompagnent l’installation de la première dame. Le train constitué de neuf wagons s’ébranle immédiatement après l’exécution de l’hymne national.

Un bouquet d’honneur composé d’un grand drapeau du Cameroun, de grandes banderoles portant le thème de la 33e Journée internationale de la femme, ainsi que des effigies du chef de l’Etat et de Mme Chantal Biya ouvrent la marche.

Dans ce carré, les défilantes portent aux poignets des bracelets de papier en forme de colombe, symbolisant la paix que les femmes appellent de tous leurs vœux sur l’ensemble du pays.

D’autres défilantes arborent en bandoulière différents mots en français et anglais, dont work, autonomie… Pour rappeler les attentes de la société vis-à-vis d’elles, de manière à favoriser l’atteinte effective de l’émergence en 2035.

Dans les trois heures qui vont suivre, les femmes étalent leurs capacités. Elles sont quasiment dans tous les secteurs et souvent à des postes clés, ou dans les hautes sphères des institutions. Défense, sécurité, diplomatie, justice, banque, finance, recherche scientifique, bâtiment, hydrocarbures, géotechnique, mines…

Même les domaines qui, jusqu’à récemment leur échappaient encore, ne constituent plus un mystère. Ainsi en est-il de la conduite de machines agricoles et d’engins lourds dont elles ont assuré la maîtrise pendant le défilé. Enceintes, d’aucunes évoluant dans les métiers très physiques ont défilé avec leurs équipements, arrachant des salves d’applaudissements au public. Clair qu’absolument rien ne constitue plus un obstacle pour une femme qui veut évoluer professionnellement.

Le clou de cette parade est sans conteste le passage des ressortissantes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Rassemblées dans 17 carrés de 144 personnes chacun, elles sont venues en masse dire « oui à l’unité nationale » et célébrer le vivre ensemble.

Chantant « We are together, we are one », elles ont reçu le « standing ovation » de la première dame et du public. Puis, les dames du Minproff ont bouclé le défilé, avant que l’assemblée ne se sépare sur les airs de l’ « Hymne de la femme », exécuté par une chorale.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie