« L’argent est là mais il y a des procédures à respecter »

 Honoré Yossi, président de la Fédération camerounaise de cyclisme.

Le tour cycliste international du Cameroun 2018, reporté ou annulé ?

Lors de la dernière réunion préparatoire tenue dans la nuit de jeudi dernier au ministère des Sports et de l’Education physique, le ministre nous a conseillé de reporter la compétition.  Ceci compte tenu de l’indisponibilité des moyens financiers à ce moment-là.

Comment en arrive-t-on à cette situation !?

Le Tour cycliste international du Cameroun obéit à un cahier de charges qui est à respecter par les deux parties que sont le ministère des Sports et de l’Education physique et la fédération. Tout ce qui devait être fait par la fédération avant le tour a été respecté à 100%. Maintenant nous butons sur un point : le financement de la phase préparatoire. Même la phase de préparation n’a pas été financée par la tutelle, faute de moyens. Il nous a été demandé de la préfinancer et le règlement des factures sera effectué ultérieurement. Ce que nous avons fait. Si je m’en tiens aux informations reçues, il ne s’agit pas d’un problème de moyens. L’argent est là mais il y a des procédures qu’il faut mettre en branle pour que cet argent soit mis à la disposition du ministère des Sports et de l’Education physique par le ministère des Finances. Voilà ce qu’il y a eu comme difficultés. Nous sommes un peu malheureux d’avoir été saisis seulement deux jours avant le départ du Tour.

Y a-t-il des chances d’avoir dans les prochains jours, un tour cycliste international du Cameroun ?

Nous avons la conviction que le Cameroun reste un grand pays et que les choses vont s’arranger. Je suis allé à la rencontre du commissaire de l’Uci pour lui expliquer les efforts entrepris par les autorités camerounaises afin que les solutions aboutissent au déblocage des fonds nécessaire pour la compétition. Elle nous a dit qu’elle était au Cameroun jusqu’à lundi pour voir les propositions qui vont être faites. Avec l’Uci, nous étudions des arrangements pour éviter que le tour et le Cameroun ne soient pénalisés. J’ai pris attache avec mon homologue rwandais qui a accepté de payer les billets d’avion même si la compétition devait reprendre dans deux ou trois jours. Idem pour la délégation gabonaise. Les délégations européennes sont prêtes à faire le déplacement une fois que les choses auront évolué positivement. Nous continuons de travailler dans ce sens.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie