« La CAF est là pour accompagner le Cameroun »

Amend Amend,  Président de la Confédération africaine de football.

Quel regard avez-vous sur les droits de retransmission des événements sportifs africains, notamment pour ce qui est du football ?

Je ne suis pas d’accord avec les télévisions africaines sur la manière dont on conçoit l’acquisition et l’utilisation des droits Tv et marketing de nos compétitions sportives. Les télévisions nationales africaines achètent à tour de bras les événements du sport mondial et les retransmettent sans problème. C’est un signe d’émancipation et d’indépendance. Mais lorsqu’il s’agit d’acquérir les compétitions de la CAF, notamment la célèbre CAN, certains trouvent à redire, contestent, s’indignent des conditions commerciales. Ces compétitions ont des coûts exorbitants d’organisation. Nous prenons en charge les frais techniques et déboursons des sommes considérables pour leur production.

Quel message êtes-vous venu passer aux radiodiffuseurs à Kigali ?

Je suis venu, à l’invitation de l’UAR, pour dire aux patrons des chaînes de radio et de télévision que la raison et le bon sens doivent l’emporter. La CAF peut imposer des critères et des conditions draconiens, mais nous ne voulons pas en arriver là. Nous préférons le dialogue par l’entremise de notre partenaire afin que nos compétitions s’exposent sur tous les écrans africains. Je souhaite vivement que la CAN ne soit pas une exclusivité de diffusion. Le football des jeunes, des clubs, des femmes mérite tellement que les médias leur accordent plus de place, pour être plus visible. Lors de la dernière CAN par exemple, un contrat de diffusion a été signé avec le groupe Lagardère mais, à l’arrivée, des chaines de télévision n’ont pas toujours joué le jeu, en ne diffusant pas tous les matches. Alors que c’est l’argent public qui a été utilisé. Il est donc temps que les télévisions africaines participent pleinement à la promotion du football africain, en exposant les compétitions.

En parlant de compétition, l’organisation de votre prochaine plus grande compétition fait l’objet de toutes les attentions en ce moment. Où en est-on à la CAF avec CAN Cameroun 2019 ?

Il faudrait d’abord poser cette question aux Camerounais. Sont-ils prêts eux-mêmes ? Veulent-ils organiser cette CAN chez eux ? La CAF est là pour accompagner le Cameroun dans l’organisation de cette fête du football africain. Si ça ne se passe pas, ce sont les Camerounais qui en seront les premiers responsables. Les Camerounais doivent aimer cette compétition et vouloir qu’elle se déroule pour que les choses avancent. Il y a des Camerounais qui la veulent, comme le président de la République, comme Samuel Eto’o. Mais d’autres créent des polémiques pour défendre leurs intérêts personnels. La CAF fait beaucoup pour accompagner le Cameroun, mais c’est au Cameroun que la volonté doit se faire sentir. Ce n’est pas de la responsabilité de la CAF d’aller sur les chantiers dire aux ouvriers d’accélérer le rythme du travail. Le président de la République a donné le ton, il a donné des instructions, trouvé les financements. Aux autres de prendre le relais pour la suite.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie