MASA 2018: Abidjan aime Lornoar

 Lundi dernier, la chanteuse camerounaise a donné un spectacle impressionnant devant une centaine de spectateurs au palais de la culture.

Il faut bien l’avouer, la mission était presque impossible. Monter sur scène après le groupe béninois « 10 volts » et l’électricité de sa musique, mélange de salsa et de sonorités traditionnelles ? Aucun artiste ne l’aurait souhaité, tant cette troupe de près de 15 musiciens a mis une ambiance de folie à l’Esplanade lagunaire du palais de la culture d’Abidjan lundi dernier.

Aucun artiste peut-être, mais pas Lornoar. La chanteuse camerounaise, accompagnée d’instrumentistes de génie comme André Manga à la basse, Michel Mbarga à la guitare et Georges Onguéné aux percussions, a su maintenir cette flamme déjà bien chaude dans le cœur du public. L’énergie surréaliste qu’on lui connaît et lui reconnaît sur les plus grands podiums du continent et de l’étranger, a ressurgi au moment propice.

Donc Lornoar, aidée du doigté de musiciens talentueux, de son tonus et de sa voix aussi roque que puissante, a conquis plus d’un cœur parmi la centaine de spectateurs du bord de la lagune.

Sa prestation n’a duré que trente minutes, mais la chanteuse a misé sur un répertoire de cinq chansons sélectionnées pour chauffer les très exigeants mélomanes d’Abidjan. Des morceaux comme « Tit i dam », « Vivant », « Njouck », « Meyi ma loungbe » et « Zen » ont arraché des pas de danse aux spectateurs, emportés par les rythmes bikutsi et zulu de cette digne fille du pays Eton.

Une demi-heure de joie, de fête et de tape-à-l’œil pour l’artiste, qui dans ce Marché des arts du spectacle d’Abidjan a sans doute brillé devant plusieurs promoteurs de festivals et d’événements culturels.

Une fois de plus, Lornoar a conquis la capitale ivoirienne, quelques mois après ses shows plébiscités aux Jeux de la Francophonie. « Je suis très émue de constater que le public d’Abidjan sait toujours apprécier de bons musiciens quand ils sont face à lui », a déclaré l’artiste.

La suite pour Lornoar au MASA 2018, c’était également un autre passage attendu hier au Canal aux bois de Treichville, avant de s’envoler le 15 mars pour une tournée organisée par les Alliances françaises en Chine.

Elle y fera sept dates, de Pékin à Shangaï. Puis ira porter la culture du Cameroun dans un festival de jazz aux Iles Canaries.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie