Sécurité routière: des gros porteurs en fourrière

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la gendarmerie nationale était sur l’axe Yaoundé-Bertoua le week-end dernier.

Il ne fait plus aucun doute, d’après la gendarmerie nationale, les gros porteurs et camions sont l’une des principales causes des accidents mortels au Cameroun. Ceci notamment à cause de leur mauvais stationnement sur les axes routiers. Pendant les nuits de vendredi et de samedi derniers sur l’axe Yaoundé-Bertoua, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la gendarmerie nationale, Jean-Baptiste Bokam, lors de sa descente spéciale dans le cadre de la prochaine Can féminine, accompagné de ses proches collaborateurs, en a fait le triste constat. A Awae dans la Mefou-et-Afamba, région du Centre, à 23h, plusieurs gros porteurs étaient stationnés des deux côtés de la route, laissant à peine le passage à d’autres véhicules. Responsables de ce désordre, certains conducteurs ont vu leurs engins conduits à la fourrière pour stationnement abusif. 
A mille lieues de là, Nimbé, localité située dans la région de l’Est, c’est un autre gros porteur, en panne, qui est garé au beau milieu de la route à un virage. Sans signalisation. Le conducteur qui piquait un somme est aussitôt interpellé et gardé à vue. Le véhicule est placé en fourrière. Pour Jean-Baptiste Bokam, le stationnement abusif le long des routes est un phénomène très dangereux. Il cause plusieurs accidents qui entraînent un bilan matériel et humain très lourd. « Nous devons continuer à travailler sur les deux leviers de sensibilisation et de répression. Nous allons employer des sanctions, notamment les interpellations et les gardes à vue avant le déferrement devant les parquets », confie le patron de la gendarmerie. Et de préciser : « Nous allons également systématiser les mises en fourrière et travailler avec les autorités locales, municipales et administratives pour que dans certaines localités, les véhicules par leurs stationnements abusifs le long des routes ne rétrécissent pas la chaussée et provoquent des accidents ». 
Malgré ces cas, le Sed a noté des améliorations. « Il y a beaucoup de choses qui ont changé : une systématisation du port de la ceinture de sécurité. Un effort est fait pour l’état des véhicules, mais il reste encore des problèmes qui ne disparaissent pas et semblent s’amplifier comme l’excès de vitesse », a observé Jean-Baptiste Bokam. Pour ce qui est de la prochaine Can féminine qui appelle à une grande mobilité vers les villes accueillant la compétition, le Sed a promis de « gérer la situation » et entend également continuer la prévention dans les régions septentrionales.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie