Les Camerounais perdent des points dans le Top 200 des banques africaines

Quatre des cinq banques au classement 2016 de Jeune Afrique régressent. Afriland First Bank conserve la première place au plan national.  

En parcourant le classement des 200 premières banques africaines que vient de publier Jeune Afrique, c’est dans les 50 dernières places que se nichent les établissements de crédit camerounais. D’abord Afriland First Bank classée 154e en 2016. La banque dirigée par Alphonse Nafack a perdu trois places, par rapport au rang qu’elle occupait en 2015. Toutefois, elle conserve la première place au niveau national. Notamment avec un total de bilan (équivalent du chiffre d’affaires) de 1,298 milliard de dollars soit environ  774 milliards de F et un produit net bancaire (correspondant aux commissions perçues sur les activités bancaires) de 75 millions de dollars, près de 45 milliards de F. Vient ensuite la Société générale Cameroun (SGC). L’institution classée 157e perd trois places par rapport à l’année dernière. Pareil pour la Banque internationale pour l’épargne et le crédit (BICEC), logée à la 161e place, avec trois places en moins. La Société commerciale de Banque (SCB) Cameroun qui chute du 197e rang en 2015 au 199e rang en 2016, perdant deux places dans le classement.
Le seul progrès dans ce classement concernant les banques camerounaises est réalisé par Ecobank Cameroun. Bien que classé 195e sur les 200 premières banques africaines, la société gérée par Moustapha Fall a gagné quatre places par rapport à son rang en 2015. L’établissement de crédit affiche un total de bilan de 872 millions de dollars, soit environ 520 milliards de F et un produit net bancaire de 65 millions de dollars, soit près de 39 milliards de F.
S’agissant du classement général, Standard Bank Group d’Afrique du Sud conserve la première place du continent. L’analyse que fait Jeune Afrique de la performance des 200 banques africaines dans son classement 2016 (sur la base des résultats réalisés en 2015 et communiqués par les entreprises), révèle un recul. En effet, « le produit net bancaire cumulé des 200 premières banques africaines qui avait bondi de 7,5% dans notre précédente édition, a abandonné 6,1% les douze mois suivants », note le journal. Un résultat qu’il explique par la baisse généralisée des grandes devises africaines face au dollar. Le franc CFA notamment, bien que moins affaibli a renoncé à 7,7% face au billet vert en 2015.
Outre la dévaluation des devises, dans la sous-région Afrique centrale, le « coup de froid » observé trouve aussi son fondement dans plusieurs autres facteurs à l’instar du recul de la croissance, causé par la chute des cours du pétrole et des minerais. Dans un tel environnement, bien que les grandes banques camerounaises affichent des « performances modestes » selon Jeune Afrique, avec huit banques camerounaises classées sur les 50 premières, « la région perd deux représentants parmi les 200 premières banques africaines et se conforte dans le rôle de dernière de la classe ». 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie