Une nouvelle ère

Bulletin

Le second tour de l’élection présidentielle d’avant-hier ouvre de nouveaux horizons pour la Sierra-Léone. On sait que le président sortant, Ernest Bai Koroma, qui achève son deuxième mandat à la tête du pays n’a pas pu se représenter.

S’il est clair que l’issue du scrutin s’annonce incertaine, il demeure établi que les votants ont eu à choisir entre Samura Kamara, le candidat de l’APC (All People’s Congress ), le Congrès de tout le peuple, le parti au pouvoir, ayant remporté 42,7 % des suffrages au premier tour et le candidat de l’opposition, l’ancien général Julius Maada Bio, qui avait obtenu 43,3 % des voix.

Entre les deux finalistes de la présidentielle, le duel est d’autant plus serré que la campagne électorale a été marquée par des échauffourées entre partisans des deux camps et une résurgence des tensions ethniques. De même, si le candidat de l’opposition a distancé son rival au premier tour, l’APC frôle la majorité absolue des voix à l’Assemblée nationale, selon les résultats partiels des élections législatives qui ont également eu lieu le 7 mars dernier.

Les Sierra-léonais n’ont pas oublié que les préparatifs du vote avaient été suspendus le 24 mars dernier par la justice à la suite du recours d’un avocat de l’APC. Mais compte tenu du retard pris dans l’organisation du scrutin, la commission électorale nationale avait réclamé et obtenu un délai de quatre jours pour organiser le second tour de la présidentielle.

Qui plus est, le candidat de l’opposition avait fait monter la pression, en accusant le président sortant de pousser la Sierra- Léone au bord du chaos par des manoeuvres dilatoires.

Toujours est-il que la Sierra-Léone est appelée à tourner la page des antagonismes pour relever les défis qui l’interpellent. Quel que soit le président élu, celui-ci aura à coeur de relancer la lutte contre la corruption et de contrecarrer les effets de la chute des cours mondiaux des matières premières.

Il s’agit aussi de consolider la reconstruction du pays dont la guerre civile s’est soldée par 120.000 morts au cours de la période de 1991 à 2002 et d’adoucir les chocs engendrés par l’épidémie d’Ebola entre 2014 et 2016.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie