Le Mfoundi dit non à "son mémorandum"

Les 44 grandes familles du département se sont réunies mardi pour redire leur attachement aux valeurs d’unité et d’hospitalité.

On savait que la réunion des fils du Mfoundi, annoncée mardi au Cercle municipal de Yaoundé serait courue. On avait préalablement annoncé une rencontre des élites, mais  44 familles du département ont fait le déplacement. Une réunion publique, certes. Mais avant tout, une rencontre familiale. Trois heures de prise de parole en ewondo, langue parlée à Yaoundé. Ceux qui ne comprenaient rien, appréciaient au moins la dextérité oratoire de ces personnalités leur langue. Mbarga Mboa, Mama Fouda, Etoundi Ngoa, Séraphin Magloire Fouda ! Il s’agissait de débattre d’une situation d’actualité : un mémorandum diffusé dans les médias pour lequel la majorité ne partage ni la forme, ni les termes. Beaucoup se sont exprimés pour dénoncer le caractère sectaire de ce document avant de le rejeter en bloc. 
C’est Philippe Mbarga Mboa, élite influente du Mfoundi  qui prend le premier la parole pour rappeler le contexte. Il évoque le mémorandum rédigé et publié dans la presse au moment où des grands défis attendent le Cameroun. Ce document ne saurait engager les ressortissants du Mfoundi dont les grandes familles ne reconnaissent pas avoir donné mandat à qui que ce soit pour parler en leur nom, fustige-t-il. Le propos tenus dans le document ont été taxés de contraires à la tradition d’hospitalité de ce peuple et en opposition avec le discours d’unité prôné par le président de la République. C’est pourquoi l’élite, les patriarches, les jeunes, les élus du peuple sont venus se lever comme un seul homme pour condamner. Laurent Serge Etoundi Ngoa, demande d’être accueillant pour l’honneur du département. Magloire Séraphin Fouda  réaffirme la fidélité aux institutions, condamne les manœuvres d’exclusion, Mbarga Mboa rappelle les valeurs traditionnelles. 
Le compte rendu de la réunion, à la fin de la rencontre, lève la confusion et refuse le discrédit sur les communautés autochtones. Ces dernières réaffirment leur adhésion aux idéaux de paix, de patriotisme et de cohésion sociale. Elles renouvellent leur engagement derrière le président de la République et le projet de société qu’il défend. Les fils et filles du Mfoundi, dans ce compte rendu, condamnent les manœuvres d’exclusion et de division susceptibles de remettre en cause la volonté de vivre ensemble qui les caractérisent.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie