Philippe Doucet : à la sauce africaine

 A 56 ans, le journaliste sportif français cumule aujourd’hui 25 ans de passion pour le foot continental.

La ville de Yaoundé, il commence à y avoir ses repères. Il ne compte plus le nombre de ses visites au pays des Lions Indomptables. La dernière en date a duré dix jours (11 au 20 janvier dernier), en marge de la récente visite de la mission d’inspection de la Confédération Africaine de Football.

Le Cameroun, il commence en être un vieil habitué. «Je pense que c’est le pays auquel le football africain est identifié». Ses moments mémorables en relation avec le Cameroun, il les aura connus au stade Ahmadou Ahidjo.

Un concentré de passions dévorantes incomparable en Afrique pour le foot qui amène à tous les excès. Des débordements les plus positifs tantôt les plus négatifs stigmatisés par la violence dans l’inacceptation de la défaite. L’Afrique, il est venu à elle par le football, la Coupe d’Afrique des Nations 1992 au Sénégal en l’occurrence. La magie ayant opéré, il parvient toujours à s’émerveiller durant la biennale du football africain.

Né à Vannes en 1962 (en France) avec un bout d’Afrique quelque part dans le cœur. À 23 ans, il est diplômé de l’école supérieure de commerce de Rouen. Moment de sa vie où l’ancien présentateur de «Talents d’Afrique» optera pour combiner les deux hobbies majeurs de sa vie : les belles lettres et le foot. C’est l’épicentre d’une carrière de journaliste sportif qui le conduira loin des studios et de l’objectif des caméras.

La force de l’école du vocabulaire, la rigueur de la précision et de la concision (qu’il a toujours gardé), l’ex-président du Sco d’Angers l’a forgé durant ses passages dans «Le sport» et «Golf magazine». La télévision, il y arrivera en 1989 par pur hasard. Sur proposition de Charles Bietry (alors directeur des sports à Canal+) ayant vu en lui des choses insoupçonnées, il intègre la rédaction sportive de Canal+.

Commentateur à ses débuts, son aura journalistique prendra de l’ampleur après un constat. Celui de la faible promotion de nouveaux outils technologiques à la télévision. C’est ainsi que fut développée la fameuse «palette à Doudouce».

Découlant de ferveur pour le jeu, la palette statistique et graphique se voulait un outil de direct et d’analyse qui décrypte le jeu. 19 ans après son apparition, il incarne toujours dans le paysage audiovisuel afro-francophone, cette vision innovante et imagée du foot en direct.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie